DARFUR: AMNESTY PRANGERT GEWALT gg ZIVILISTEN u STRAFFREIHEIT AN – Darfour: Amnesty dénonce les abus contre les civils, l’impunité

1. Amnesty: Halbe Million Flüchtlinge vor Gewalt in Darfur
London, 14.3.14 (Kipa) http://www.kipa-apic.ch
Fast eine halbe Million Zivilisten ist 2013 vor Gewalt in der sudanesischen Region Darfur geflohen. Ein am Freitag, 14. März, vorgelegter Bericht der Menschenrechtsorganisation Amnesty International dokumentiert anhand von Zeugenaussagen gezielte Übergriffe auf Zivilisten, Brandstiftung, Vergewaltigung und Mord.
2. Darfur: Ban und Pillay fordern Ende der Gewalt
(UNRIC, 12.3.2014) http://www.unric.org/de/uno-schlagzeilen
UN-Generalsekretär Ban Ki-moon und die UN-Hochkommissarin für Menschenrechte, Navi Pillay, haben sich angesichts der Gewalteskalation in der westsudanesischen Region Darfur tief besorgt gezeigt.
DEUTSCHE ARTIKEL WEITER UNTER DEM UNTEREN FOTO

=> MORE SUDAN / DARFUR in AFRIKANEWS ARCHIV
=> MORE NGOs – ONGs in AFRIKANEWS ARCHIV

1. Darfour: Amnesty dénonce les abus contre les civils, l’impunité
Khartoum (AFP) – 14.03.2014 06:36
La situation des droits de l’Homme au Darfour reste terrible 11 ans après le début du conflit armé dans cette région de l’ouest du Soudan où les civils sont toujours victimes d’abus, affirme Amnesty International dans un rapport publié vendredi.

Des déplacés dans un camp de Kalma au Darfour le 9 mars 2014
Vertriebene im Lager Kalma in Darfur
Des déplacés dans un camp de Kalma au Darfour le 9 mars 2014
afp.com – Albert Gonzalez Farran

“L’impunité persistante au Darfour fait que les responsables des abus ne voient pas de raison d’y mettre fin et incite d’autres à commettre des abus similaires”, affirme Michelle Kagari, directrice-adjointe pour l’Afrique de l’Est à Amnesty International.
“La communauté internationale doit renforcer ses efforts pour faire de sorte que les responsables rendent des comptes”, a-t-elle ajouté alors qu’Amnesty fait état dans son rapport “d’attaques délibérées contre des civils accompagnées de pillages, de viols et de meurtres”.
Le rapport décrit comment les combats entre les tribus des Salamat et Misseriya, dans le centre du Darfour, ont coûté la vie à un grand nombre d’habitants et laissé des communautés entières sans abri.
Citant des témoins, l’organisation de défense des droits de l’Homme évoque des attaques à grande échelle visant des civils, menées par des milices armées, dont celles alliées au pouvoir à Khartoum.
“Trente à 50 véhicules et des chevaux ont encerclé le village. Ils ont tiré sur les gens. Ils ont pillé les magasins”, a raconté un cheikh du village de Kabar à Amnesty International.
“Ceux qui sont venus portaient des uniformes de la police et des forces de défense populaires (pro-pouvoir). Ils sont arrivés dans des 4×4 couverts de boue. Ils ont commencé à tirer sur tout le monde, enfants, femmes et vieillards. Il criaient ‘vous êtes des esclaves, cette terre est à nous, elle n’est pas pour les esclaves et nous allons tuer tout le monde'”, a-t-il ajouté.
“Les autorités soudanaises doivent immédiatement contrôler les forces paramilitaires” et punir ceux qui commettent des abus, a insisté Mme Kagari.
Le conflit au Darfour, une région aussi vaste que la France, a éclaté en 2003 entre milices pro-gouvernementales et rebelles réclamant la fin de la “marginalisation économique” de leur région et un partage du pouvoir avec le gouvernement de Khartoum.
Il a fait des centaines de milliers de morts, ainsi que plus de deux millions de déplacés, selon l’ONU.
Outre le conflit entre rebelles et pouvoir, le Darfour est devenu depuis quelques années le théâtre de combats sanglants entre tribus arabes, anciennes alliées que Khartoum n’a plus les moyens de contrôler, se disputant la terre, l’eau et les droits miniers.
Les violences ont connu une forte recrudescence depuis 2013, en particulier les combats entre les tribus de Salamat et Misseriya, poussant au moins 460.000 personnes à fuir leur foyer, selon l’ONU.
Cette semaine, la Haut-Commissaire de l’ONU aux droits de l’Homme, Navi Pillay, a elle aussi dénoncé les attaques contre les civils non armés au Darfour.
© 2014 AFP

2. Ban Ki-moon appelle à un arrêt des hostilités au Darfour
11 mars 2014 – Le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a appelé à un arrêt immédiat des combats au Darfour, soulignant que les casques bleus de la Mission de l’Union africaine et des Nations Unies (MINUAD) faisaient tout leur possible pour protéger les civils
« Le Secrétaire général est très préoccupé par l’escalade de la violence et son impact sur les civils au Darfour. Depuis fin février, les combats entre les groupes rebelles et les milices locales au Sud-Darfour ont laissé sans domicile des milliers de personnes, alors que des informations font état de pillages et de villages incendiés », a dit le porte-parole du Secrétaire général dans une déclaration à la presse publiée lundi soir.
En outre, au Nord-Darfour, au cours des derniers jours, des milliers de personnes ont fui les combats intercommunautaires et ont cherché protection au camp de la MINUAD à Saraf Umra.
« La MINUAD fait tout ce qu’elle peut pour aider au règlement de ces conflits, protéger les civils et soutenir les partenaires humanitaires dans la fourniture de l’assistance à ceux dans le besoin », a dit le porte-parole.
« Le Secrétaire général exhorte toutes les parties prenantes à cesser immédiatement les hostilités et à négocier un règlement pacifique de ces conflits. Il appelle le gouvernement du Soudan et les parties en conflit à coopérer avec la MINUAD et les partenaires humanitaires en fournissant un accès aux zones en conflit et à garantir la protection des civils, ainsi que la fourniture de l’assistance aux personnes dans le besoin », a-t-il ajouté.
La Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Navi Pillay, a également exprimé sa profonde préoccupation mardi concernant les civils au Sud-Darfour.
« Il y a eu un usage disproportionné de la force par des groupes armés dans des zones au Sud-Darfour qui ne sont pas des cibles militaires. Les attaques contre des civils non armés doivent cesser immédiatement », a dit Mme Pillay dans un communiqué de presse.
La Haut-Commissaire a exhorté les autorités à protéger les civils et à faire en sorte que les personnes qui ont commis de graves violations des droits de l’homme et du droit humanitaire rendent des comptes. http://www.un.org/apps/newsFr/region.asp?Region=Africa

– AFRIKANEWS ARCHIV –
jetzt auch auf
FACEBOOK

Fatima Abdala, originaire de Barakutili au Darfour, a cherché un refuge dans le camp de Kalma
Fatima Abdala aus Darfur im Lager Kalma
Fatima Abdala, originaire de Barakutili au Darfour, a cherché un refuge dans le camp de Kalma à proximité de Nyala. Photo: ONU

1. Amnesty: Halbe Million Flüchtlinge vor Gewalt in Darfur
London, 14.3.14 (Kipa) http://www.kipa-apic.ch
Fast eine halbe Million Zivilisten ist 2013 vor Gewalt in der sudanesischen Region Darfur geflohen. Ein am Freitag, 14. März, vorgelegter Bericht der Menschenrechtsorganisation Amnesty International dokumentiert anhand von Zeugenaussagen gezielte Übergriffe auf Zivilisten, Brandstiftung, Vergewaltigung und Mord.
Es handle sich um Kriegsverbrechen, die eine Missachtung grundlegender Prinzipien des internationalen humanitären Rechts belegten, so die Amnesty-Vizedirektorin für Ostafrika, Michelle Kagari.
Durch Kämpfe zweier Ethnien in Zentraldarfur seien beispielsweise ganze Dörfer unbewohnt, die Bewohner ermordet oder geflohen, heisst es in dem Länderbericht der Menschenrechtsorganisation. Kagari fordert ein Einschreiten der sudanesischen Staatsmacht gegen ethnische Paramilitärs und verlangt eine Untersuchung von Hinweisen auf Übergriffe gegen Zivilisten. Auch die internationale Gemeinschaft müsse dafür mehr Druck ausüben.
Inflation und Arbeitslosigkeit
Seit der staatlichen Unabhängigkeit des Südsudan 2011 hat der Sudan einen Grossteil seiner Öleinnahmen verloren. Die nationale Wirtschaft ist laut Amnesty im Niedergang. Wachsende Inflation und Arbeitslosigkeit hätten den Kampf um Land und Rohstoffe verstärkt; so komme es auch häufiger zu Gewalt zwischen einzelnen Kommunen.
Elf Jahre nach Beginn des Darfur-Konflikts sei die Menschenrechtslage noch immer desolat. Zivilisten blieben Zielscheibe von Misshandlungen durch Regierungstruppen wie andere bewaffnete Gruppierungen. (kipa/kna/sy)

2. Darfur: Ban und Pillay fordern Ende der Gewalt
(UNRIC, 12.3.2014) http://www.unric.org/de/uno-schlagzeilen
UN-Generalsekretär Ban Ki-moon und die UN-Hochkommissarin für Menschenrechte, Navi Pillay, haben sich angesichts der Gewalteskalation in der westsudanesischen Region Darfur tief besorgt gezeigt. Beide forderten ein umgehendes Ende der Gewalt. Der Generalsekretär rief alle Parteien auf, sämtliche Kampfhandlungen einzustellen und eine friedliche Lösung der Konflikte auszuhandeln. Pillay forderte die Machthaber auf, Zivilisten zu schützen und diejenigen, die gegen Menschenrechte und humanitäre Gesetze verstoßen, zur Rechenschaft zu ziehen. Tausende Menschen haben seit Ende Februar wegen der Kämpfe zwischen Rebellengruppen und lokalen Milizen ihre Heimat verloren. Berichten zufolge wurden Häuser geplündert und Dörfer angesteckt.
Weitere Informationen finden Sie (in englischer Sprache) hier: http://www.un.org/apps/news/story.asp?NewsID=47322&Cr=Darfur&Cr1=#.UyAXq8IweUk

Leave a Reply