FRANKOPHONIE AFRIKA (I): OIF-GIPFEL 2012 in DR KONGO – RDC: sommet Francophonie 2012 à Kinshasa

3. Hollande in der DRK: “Französisch sprechen ist auch Menschenrechte sprechen”
Kinshasa (AFP) – 13.10.2012 00.23
Der französische Präsident François Hollande sagte am Samstag in Kinshasa am Rande des 14. Gipfels der Frankophonie nach einem Treffen mit der kongolesischen Opposition und NGOs, dass “Französisch sprechen auch Menschenrechte sprechen” sei.4. DR Kongo: Frankophonie-Gipfel 2012 schließt, fest in der Unterstützung Afrikas engagiert
Kinshasa (AFP) – 14.10.2012 11:27 – Von Laurence Boutreux
Die Francophonie schließt Sonntag ihren ersten Gipfel in der Demokratischen Republik Kongo (DRK) mit starkem Engagement für Afrika in allen Bereichen und der Annahme einer Reihe von Resolutionen zu den Krisen in der Demokratischen Republik Kongo, Mali, Madagaskar und Guinea -Bissau.
1. Der Gipfel der Frankophonie in Kinshasa eröffnet
Kinshasa (AFP) – 13.10.2012 11.16
Der 14. Frankophonie-Gipfel eröffnete Samstag in Kinshasa, der Hauptstadt der DR Kongo, in der Gegenwart von einem Dutzend ausländischer Führer, empfangen vom kongolesischen Präsidenten Joseph Kabila.
2. UNO: Diouf fordert für Afrika “rechtmäßigen Platz” im Sicherheitsrat
Kinshasa (AFP) – 13.10.2012 01.03
Der Generalsekretär der Frankophonie, Abdou Diouf, prangerte Samstag bei der Eröffnung des Gipfeltreffens der Organisation in Kinshasa heftig ein “Demokratie-Defizit in den internationalen Beziehungen” an, das Afrika “seinen rechtmäßigen Platz”, einschließlich im Sicherheitsrat der Vereinten Nationen, vorenthält.
DEUTSCH (VON MIR ETWAS VERBESSERTE GOOGLE-ÜBERSETZUNGEN) WEITER UNTER DEN ORIGINALEN

=> => FRANCOPHONIE, OIF — MEHR — PLUS:
=> GIPFEL 2010 der FRANCOPHONIE in MONTREUX: AFRIKA STÄRKEN – Sommet Francophonie 2010 Montreux veut une Afrique plus présente dans les instances mondiales
=> 40 JAHRE FRANKOPHONIE! PROGRESSION DANK AFRIKA – 40 ans de Francophonie : la langue française progresse grâce à l’Afrique
=> => => HINTERGRUND — LES DESSOUS
»»» EMPFEHLUNG: Meinen sehr umfassenden Artikel “Was ist die Francophonie?” (mit vielen eigenen Übersetzungen in richtigem Deutsch)
»»» RECOMMANDATION: Mon grand article bilingue deutsch-francais sur la francophonie

1. Le sommet de la Francophonie s’ouvre à Kinshasa
KINSHASA (AFP) – 13.10.2012 11:16
Le 14e sommet de la Francophonie s’est ouvert samedi à Kinshasa, en présence d’une quinzaine de dirigeants étrangers acccueillis par le président congolais Joseph Kabila.

OIF-1

Les dirigeants africains forment l’essentiel des participants à ce sommet qui va célébrer, durant deux jours, l’apport essentiel de l’Afrique à la Francophonie. Selon les projections de l’organisation, les Africains pourraient représenter, en 2050, 85% des 715 millions de francophones dans le monde.
Le sommet de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) a pour thème: “Francophonie, enjeux environnementaux et économiques face à la bonne gouvernance”.
© 2012 AFP

2. ONU: Diouf réclame pour l’Afrique “la place qui lui revient” au Conseil de sécurité
KINSHASA (AFP) – 13.10.2012 13:03
Le secrétaire général de la Francophonie, Abdou Diouf, a vivement dénoncé samedi, à l’ouverture du sommet de l’organisation à Kinshasa, un “déficit de démocratie dans les relations internationales” qui prive l’Afrique de la place “qui lui revient”, notamment au Conseil de sécurité de l’ONU.
A la tribune du sommet, M. Diouf a une nouvelle fois dénoncé le “report sine die” de la réforme du Conseil de sécurité des Nations unies, de la réforme du Fonds monétaire international (FMI) et de la Banque mondiale (BM), “instances où l’Afrique doit occuper la place qui lui revient de droit”
“En entérinant le pouvoir autoproclamé de quelques-uns, parmi les plus puissants, de décider, sans réelle concertation, de l’avenir de tous, singulièrement des plus démunis, c’est encore la stabilité et la sécurité du monde que nous mettons en danger”, a-t-il dit.
L’ancien président sénégalais, âgé de 77 ans, a globalement mis en cause une politique du “deux poids, deux mesures, deux poids, deux discours” qui permet de dénoncer “chez certains les manquements que l’on s’abstient de dénoncer chez d’autres au nom d’intérêts commerciaux ou stratégiques”.
Son discours très politique a été salué par des applaudissements nourris.
Il l’avait débuté par une citation de l’ancien Premier ministre congolais Patrice Lumumba, principale figure de l’indépendance du Congo belge, mort assassiné en 1961: “l’Afrique écrira sa propre histoire et elle sera au nord et au sud du Sahara une histoire de gloire et de dignité”.
D’emblée, M. Diouf avait mis les souffrances actuellement engendrées par le conflit au Nord-Kivu, dans l’Est de la République démocratique du Congo (RDC) au coeur du sommet: je voudrais “dire à ces femmes, ces enfants, qui en ce moment même, dans l’est du pays, continuent d’être victimes des exactions les plus barbares, que nous ne les oublions pas”.
Des organisations internationales de défense des droits de l’homme avaient appelé les participants au sommet à condamner les viols, exécutions sommaires, pillages et enlèvements, commis par les groupes armés et certains militaires dans l’Est.
A l’attention de son hôte, le président Joseph Kabila, et du peuple congolais, il a simplement souhaité qu’ils puissent “poser sincèrement les problèmes, et esquisser des amorces de solutions”.
© 2012 AFP

3. Hollande en RDC: “parler français, c’est aussi parler droits de l’homme”
KINSHASA (AFP) – 13.10.2012 12:23
Le président français François Hollande a souligné samedi à Kinshasa, en marge du 14e sommet de la francophonie, que “parler le français, c’est aussi parler les droits de l’homme”, après une rencontre avec l’opposition congolaise et des ONG.
“La francophonie, ce n’est pas seulement la langue française: parler le français, c’est aussi parler les droits de l’homme, parce que les droits de l’homme ont été écrits en français”, a-t-il déclaré à l’issue de ces entretiens qui se sont déroulés à la résidence de l’ambassadeur de France.
“Je voulais que mon déplacement puisse être utile aux acteurs, aux militants qui font que les droits de l’homme, c’est à la fois un engagement mais aussi un risque”, a poursuivi le président français qui s’était entretenu avec le président congolais Joseph Kabila dès son arrivée à Kinshasa samedi matin.
François Hollande avait jugé mardi “tout à fait inacceptable” la situation en République démocratique du Congo (RDC) “sur le plan des droits, de la démocratie, et de la reconnaissance de l’opposition”. Kinshasa avait vivement et immédiatement réagi, lui suggérant de “compléter son information” pour rendre son voyage dans la capitale congolaise “très utile”.
A la veille de son premier déplacement présidentiel en Afrique, le président français avait également jugé que les élections qui avaient conduit à la reconduction de Joseph Kabila à la tête du pays en novembre 2011 n’avaient “pas été regardées comme étant complètement satisfaisantes”.
“La démocratie ce n’est pas une leçon, la démocratie, c’est un droit et pour ceux qui sont à la tête des Etats, un devoir”, a-t-il encore souligné samedi
© 2012 AFP

4. La Francophonie clôt son sommet en RDC, fermement engagée à soutenir l’Afrique
KINSHASA (AFP) – 14.10.2012 11:27 – Par Laurence BOUTREUX
La Francophonie clôt dimanche son premier sommet en République démocratique du Congo (RDC) en s’engageant résolument à soutenir l’Afrique dans tous les domaines et en adoptant une série de résolutions sur les crises en RDC, au Mali, à Madagascar et en Guinée-Bissau.
Le sommet devait s’achever à la mi-journée par une conférence de presse du président congolais Joseph Kabila, du secrétaire général de la Francophonie Abdou Diouf, de la ministre française de la Francophonie Yamina Benguigui et du représentant du pays organisateur du prochain sommet, dont le nom devait être annoncé peu auparavant.
“Le véritable enjeu de ce sommet, c’était qu’il se tienne, ici, en République démocratique du Congo”, en dépit de toutes les difficultés d’un des pays les plus pauvres du monde et du conflit à sa frontière de l’Est, commente une source politique au sein de l’OIF.
“Il s’agissait aussi de voir jusqu’où on pouvait aller, face au régime de Joseph Kabila, pour que ce sommet serve de levier à des réformes et à la promotion des droits de l’homme”, ajoute cette source.
Le président français François Hollande a eu samedi à Kinshasa qualifié de “franc et direct” avec Joseph Kabila. Il avait multiplié les déclarations sur l’insuffisance de démocratie dans le pays, après les nombreuses fraudes constatées aux élections de 2011. Et s’était aussi affiché avec des représentants de la société civile et du principal opposant, Etienne Tshisekedi, en répétant à tous que “la France est aux côtés des défenseurs des droits de l’Homme”.
Dimanche, la Francophonie devait adopter en fin de matinée sa “déclaration de Kinshasa” résumant, en une multitude de points, les engagements des 56 pays membres et 20 observateurs.
La Francophonie devait insister sur la nécessité de poursuivre la réforme de la gouvernance mondiale, pour “une représentation permanente et équitable de l’Afrique” au sein des organes de décision, Abdou Diouf ayant plaidé samedi pour que l’Afrique obtienne “la place qui lui revient de droit” au Conseil de sécurité des Nations unies.
Le texte final devait aussi affirmer la détermination de l’organisation à accompagner le Mali et la RDC “dans leurs efforts pour faire respecter leur souveraineté et leur intégrité territoriale”, selon une source politique au sein de l’OIF.
Chaque mot de la résolution consacrée au conflit au Nord-Kivu aura été pesé, alors qu’un groupe d’experts de l’ONU a récemment mis en cause le soutien accordé aux rebelles dans l’Est de la RDC par des responsables militaires rwandais. En marge du sommet, les délégués de la RDC et du Rwanda ont multiplié les rencontres bilatérales pour en négocier la teneur, sans parvenir à un accord.
Selon une source française proche des négociations, la résolution devant être présentée fait l’objet de deux “réserves” de la part du Rwanda. Kigali refuserait un appel à “des sanctions ciblées” contre les responsables des exactions commises dans l’Est. Le Rwanda rejetterait également l’appel de la Francophonie à “poursuivre en justice” les auteurs de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité dans le pays, tel le chef rebelle Bosco Ntaganda, recherché depuis 2006 par la Cour pénale internationale.
Prochain sommet au Vietnam ou au Sénégal
Quant à la situation au Nord du Mali, contrôlé depuis six mois par les islamistes d’Al-Qaïda au Maghreb islamique et d’autres groupes armés, elle avait été exposée samedi à huis clos par le président burkinabè Blaise Compaoré.
La Francophonie a salué l’adoption par l’ONU d’une résolution préparant le déploiement d’une force internationale au Mali, donnant 45 jours aux pays ouest-africains pour préciser leurs plans. De son côté, elle comptait appeler à la négociation avec toutes les parties maliennes “à l’exclusion des mouvements terroristes” tout en demandant à l’Union africaine et à l’ONU de répondre favorablement à la demande du Mali pour une intervention.
Trois autres résolutions – non contraignantes – devaient être adoptées, sur les crises à Madagascar et en Guinée-Bissau, la bonne gouvernance dans les industries extractives et forestières ainsi que le renforcement de la lutte contre la piraterie maritime dans le golfe de Guinée.
Enfin, le choix du pays d’accueil du sommet de 2014 sera dévoilé. La Moldavie et Haïti s’étaient proposés d’accueillir la rencontre mais sans en avoir réellement les moyens. C’est finalement le Vietnam et le Sénégal, “au coude à coude”, qui se disputaient cet honneur, selon des délégués.
Le Vietnam est “très très motivé et l’a fait savoir” mais la candidature du Sénégal, pays natal du secrétaire général Abdou Diouf, est “très appréciée” par de nombreux pays membres et appuyée notamment par la France, a relevé une source politique au sein de l’OIF.
© 2012 AFP

– AFRIKANEWS ARCHIV –
jetzt auch auf
FACEBOOK

1. Der Gipfel der Frankophonie in Kinshasa eröffnet
Kinshasa (AFP) – 13.10.2012 11.16
Der 14. Frankophonie-Gipfel eröffnete Samstag in Kinshasa, der Hauptstadt der DR Kongo, in der Gegenwart von einem Dutzend ausländischer Führer, empfangen vom kongolesischen Präsidenten Joseph Kabila.
Afrikanische Führer bilden den Kern der Teilnehmer des Gipfels, der zwei Tage lang den wesentlichen Beitrag von Afrika für die Frankophonie herausarbeiten soll. Nach den Projektionen der Organisation könnten die Afrikaner im Jahr 2050 85% der 715 Millionen Französisch sprechenden Menschen in der Welt darstellen.
Der Gipfel der Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) hat das Thema: “Francophonie, ökologische und wirtschaftliche Herausforderungen angesichts guter Regierungsführung.”
© 2012 AFP

2. UNO: Diouf fordert für Afrika “rechtmäßigen Platz” im Sicherheitsrat
Kinshasa (AFP) – 13.10.2012 01.03
Der Generalsekretär der Frankophonie, Abdou Diouf, prangerte Samstag bei der Eröffnung des Gipfeltreffens der Organisation in Kinshasa heftig ein “Demokratie-Defizit in den internationalen Beziehungen” an, das Afrika “seinen rechtmäßigen Platz”, einschließlich im Sicherheitsrat der Vereinten Nationen, vorenthält.
Diouf kritisierte auch die “unbestimmten Aufschübe” der Reform des Sicherheitsrats der Vereinten Nationen, der Reform des Internationalen Währungsfonds (IWF) und der Weltbank (WB), alles “Institutionen, in denen Afrika seinen rechtmäßigen Platz einnehmen sollte.”
“Mit der Billigung der Macht von Einigen, den Mächtigsten, ohne wirkliche Beratung die Zukunft für alle zu entscheiden, insbesondere die Armen, ist es immer noch die Stabilität und Sicherheit in der Welt, die wir in Gefahr bringen”, sagte er.
Der ehemalige senegalesische Präsident, 77 Jahre alt, denunzierte eine Politik der “zwei Gewichte, zwei Maßnahmen, des Doppel-Diskurses”, wo bei einigen kritisiert würde, was man bei anderen übersähe.
Seine sehr politische Rede wurde mit Beifall begrüßt.
Er begann mit einem Zitat des ehemaligen kongolesischen Ministerpräsidenten Patrice Lumumba, die Hauptfigur der Unabhängigkeit von Belgisch-Kongo, der im Jahr 1961 ermordet worden war: “Afrika wird seine eigene Geschichte schreiben, und es wird nördlich und südlich der Sahara eine Geschichte von Ruhm und Würde sein.”

© 2012 AFP

3. Hollande in der DRK: “Französisch sprechen ist auch Menschenrechte sprechen”
Kinshasa (AFP) – 13.10.2012 00.23
Der französische Präsident François Hollande sagte am Samstag in Kinshasa am Rande des 14. Gipfels der Frankophonie nach einem Treffen mit der kongolesischen Opposition und NGOs, dass “Französisch sprechen auch Menschenrechte sprechen” sei.
“Die Frankophonie ist nicht nur die französische Sprache. Französisch ist auch die Sprache der Menschenrechte, weil die Menschenrechte in Französisch geschrieben wurden”, sagte er.
“Ich wolltee meine Reise nützlich für die Akteure, die Aktivisten, die aus den Menschenrechten eine Verpflichtung, aber auch eine Gefahr machen”, sagte er nach einem Treffen mit dem kongolesischen Präsidenten Joseph Kabila in Kinshasa nach seiner Ankunft Samstagmorgen.
François Hollande schloss Dienstag als “völlig inakzeptabel” die Situation in der Demokratischen Republik Kongo (DRC) aus, “in Bezug auf Menschenrechte, Demokratie und die Anerkennung der Opposition.” Kinshasa hatte sofort und stark reagiert.
“Demokratie ist nicht eine Lehre, die Demokratie ist ein Recht, und für diejenigen, die an der Spitze des Staates sind, eine Pflicht”, sagte Hollande weiter Samstag
© 2012 AFP

4.. DR Kongo: Frankophonie-Gipfel 2012 schließt, fest in der Unterstützung Afrikas engagiert
Kinshasa (AFP) – 14.10.2012 11:27 – Von Laurence Boutreux
Die Francophonie schließt Sonntag ihren ersten Gipfel in der Demokratischen Republik Kongo (DRK) mit starkem Engagement für Afrika in allen Bereichen und der Annahme einer Reihe von Resolutionen zu den Krisen in der Demokratischen Republik Kongo, Mali, Madagaskar und Guinea -Bissau.
“Die wirkliche Herausforderung dieses Gipfels war, dass er hier in der Demokratischen Republik Kongo stattfand”, trotz all der Schwierigkeiten eines der ärmsten Länder der Welt und des Konflikts an der Grenze im Osten, sagt eine politische Quelle aus der OIF.
“Es war auch zu sehen, wie weit wir gegen das Regime von Joseph Kabila gehen konnten für diesen Gipfel als Hebel für die Reform und die Förderung der Menschenrechte”, fügte die Quelle hinzu.
Sonntag wird die Francophonie ihre “Kinshasa Erklärung” mit einer Vielzahl von Punkten erlassen, die Verpflichtungen der 56 Mitgliedstaaten und 20 Beobachter.
Die Francophonie muss auf die Notwendigkeit der Reform der Global Governance weiter bestehen, für “eine dauerhafte und gerechte Afrikapräsenz” ​​in Entscheidungsgremien, plädierte Abdou Diouf.
Der endgültige Text sollte auch die Entschlossenheit der Organisation bekräftigen, Mali und die Demokratische Republik Kongo zu unterstützen “in ihren Bemühungen, ihre Souveränität und territoriale Integrität durchzusetzen”, so eine politische Quelle in OIF.
…..
© 2012 AFP

Leave a Reply