FRANKREICH- AFRIKA- GIPFEL: NEUE PARTNERSCHAFT – sommet Afrique-France: les bases d’un nouveau partenariat

Afrika und Frankreich legen den Grundstein für eine neue Partnerschaft
Nizza (Frankreich) (AFP) – 2010.01.06 08.26
Frankreich und Afrika haben anlässlich ihres 25. Gipfels in Nizza am Montag und Dienstag geworfen die Grundlagen einer neuen politischen Beziehung und für das Wirtschaftswachstum, während Afrika ist begehrt durch die Riesen China und Indien.
DEUTSCH (VON MIR ETWAS VERBESSERTE GOOGLE-ÜBERSETZUNG) WEITER UNTER DEM ORIGINAL

=> ALLE ARTIKEL ZUM GIPFEL/ TOUS ARTICLES SUR LE SOMMET

Afrique et France jettent les bases d’un nouveau partenariat
NICE (France) (AFP) – 01.06.2010 20:26
La France et l’Afrique ont jeté, à l’occasion de leur 25e sommet tenu lundi et mardi à Nice (sud-est), les bases d’une nouvelle relation politique et économique alors que la croissance du continent africain est convoitée par les géants chinois ou indien.

Nicolas Sarkozy à la clôture du 25eme sommet Afrique-france
Foto (c)AFP: Le président français Nicolas Sarkozy à la clôture du 25eme sommet Afrique-france à Nice le 31 mai 2010.
Französisch Präsident Nicolas Sarkozy am Ende des 25. Frankreich-Afrika-Gipfel in Nizza 31. Mai 2010.

Cette rencontre, sous le thème du “partenariat rénové”, a aussi été marquée par des discussions passionnées sur la composition du Conseil de sécurité de l’ONU où l’Afrique réclame deux sièges permanents.
“Ce sommet, avec les thèmes mis sur la table (gouvernance, sécurité et climat), avec la présence des entreprises (…), tourne la page d’une relation complexe et complexée”, a assuré mardi le président français Nicolas Sarkozy, après deux jours de débats avec une quarantaine de dirigeants africains.
“Les temps ont changé”, a renchéri son homologue sud-africain, Jacob Zuma, pour qui les pays développés doivent désormais tenir compte du milliard d’Africains dans les nouveaux équilibres mondiaux.
Dans les échanges commerciaux de la France, la place de l’Afrique sub-saharienne a chuté autour de 2% après les 40% affichés dans les années 60, et Nicolas Sarkozy avait invité à Nice plus de 200 entreprises françaises et africaines, une première pour ce type de réunion.
Si les positions du pétrolier Total au Gabon ou au Congo, du groupe nucléaire Areva au Niger ou des industriels Bolloré ou Bouygues en Côte d’Ivoire ne sont pas directement menacées, Paris veut être compétitif au-delà de ses anciennes colonies.
L’arrivée massive des Chinois, qui ont décuplé leurs échanges commerciaux avec le continent en dix ans pour atteindre plus de 108 milliards de dollars fin 2008, mais aussi d’autres pays émergeants comme le Brésil ou l’Inde, a poussé Paris à réagir.
L’idée est aussi d’adopter une approche pragmatique en aidant le privé pour doper les secteurs de croissance et en encourageant partenariats et transferts de technologie, a insisté Nicolas Sarkozy.
“En Afrique, à chaque fois que j’investis un dollar, le retour sur investissement est de 5 dollars. Ce qui est important, c’est le climat des affaires”, estime de son côté Donald Kaberuka, président de la Banque africaine de développement (BAD).
Les entreprises réunies à Nice ont adopté à ce sujet une charte visant à bannir la corruption et louant la transparence. “Des attitudes vertueuses naissent des dynamiques heureuses”, a souligné la dirigeante du patronat français (Medef), Laurence Parisot. “Un enthousiasme nouveau, régénéré, est né de ce 25e sommet”, a-t-elle jugé, en annonçant la création d’une association entre les patronats d’Afrique et de France.
A Nice, la France a défendu aussi son rôle de “moteur” pour un développement durable, avec la volonté de créer une dynamique avec les Africains sur les questions climatiques et la recherche de sources d’énergie propres.
“Nous voulons le partage des technologies, notamment sur les énergies renouvelables et solaires”, a souligné le président français. “C’est bien plus intéressant de partager la technologie” que de favoriser “des budgets d’aide au développement qui n’ont pas toujours tenu leurs promesses”, a-t-il dit.
Négociateur en chef du continent sur le climat, le Premier ministre éthiopien Meles Zenawi a rappelé que l’Afrique n’était “pas la cause mais la victime du changement climatique” et qu’elle voulait “voir la couleur de l’argent” promis à Copenhague fin 2009 pour lutter contre la déforestation.
Pour contrer les famines, la France a annoncé la création d’un Fonds d’investisseurs pour l’agriculture africaine, pouvant mobiliser à terme 300 millions de dollars.
© 2010 AFP

Afrika und Frankreich legen den Grundstein für eine neue Partnerschaft
Nizza (Frankreich) (AFP) – 2010.01.06 08.26
Frankreich und Afrika haben anlässlich ihres 25. Gipfels in Nizza am Montag und Dienstag geworfen die Grundlagen einer neuen politischen Beziehung und für das Wirtschaftswachstum, während Afrika ist begehrt durch die Riesen China und Indien.
Das Treffen, das unter dem Thema “Erneuerung der Partnerschaft” stand, wurde auch von hitzigen Debatten über die Zusammensetzung des Sicherheitsrats der UNO gekennzeichnet mit Forderungen, dass Afrika zwei ständige Sitze haben sollte.
“Dieser Gipfel, mit Themen auf den Tisch (Governance, Sicherheit und Klima), mit Präsenz von Wirtschaftsunternehmen (…), wendete die Seite einer komplexen und komplexbeladenen Beziehung”, sagte am Dienstag Französisch Präsident Nicolas Sarkozy Nach zwei Tagen der Beratungen mit den etwa vierzig afrikanischen Staats-und Regierungschefs.
“Die Zeiten haben sich geändert”, ergänzt sein Kollege in Südafrika, Jacob Zuma, für den die entwickelten Länder müssen nun berücksichtigen die eine Milliarde Afrikaner in der neuen globalen Gleichgewicht.
(…..hier wurden einige Absätze entfernt, die in den anderen Artikeln zum Thema stehen….)
Um gegen die Hungersnot zu kämpfen, Frankreich kündigte die Schaffung eines Fonds für Anleger in der afrikanischen Landwirtschaft an, der schließlich aufwerfen könnte 300 Millionen Dollar.
© 2010 AFP

Leave a Reply