GAMBIA WILL ENGLISCH als AMTSSPRACHE ABSCHAFFEN – La Gambie va abandonner l’anglais comme langue officielle

Gambia will Englisch als Amtssprache abschaffen
12. März 2014, 08:53 http://derstandard.at/r652/Afrika
Präsident der früheren britischen Kolonie: “Werden unsere eigene Sprache sprechen” – Welche das sein soll, sagt Yaha Jammeh nicht.
DEUTSCHER ARTIKEL WEITER UNTER DEM UNTEREN BILD

=> MORE GAMBIE in AFRIKANEWSARCHIV

La Gambie va abandonner l’anglais comme langue officielle
12 mars 2014 00:05 – Écrit par AFP
DAKAR – Le président gambien Yahya Jammeh a indiqué que son pays allait abandonner l’anglais, actuellement sa langue officielle, au profit d’une langue nationale non précisée, sans fournir de calendrier, dans un discours dont l’AFP a écouté un extrait mardi à Dakar.

Un quartier de Banjul - REUTERSStadtviertel in Banjul – Un quartier de Banjul / REUTERS

M. Jammeh s’exprimait lors de la cérémonie de prestation de serment du nouveau chef du système judiciaire gambien (Chief Justice), le Pakistanais Ali Nawaz Chowhan, organisée le 6 mars, d’après cet extrait d’un enregistrement de la télévision publique gambienne GRTS.
Dans un long discours en anglais, le président gambien a fustigé les colons britanniques qui, a-t-il dit, sont allés en Gambie et ailleurs en Afrique non pas pour développer ces zones, mais pour les dépouiller de leurs richesses.
Tout ce qu’ils ont fait, c’est piller, et piller, et piller, et piller ! La seule chose qu’ils nous ont laissée, c’est malheureusement la langue anglaise, que nous allons très bientôt abandonner au profit d’une langue locale, parce que nous ne pouvons plus continuer de croire que pour être un gouvernement, vous devez parler une langue étrangère. Nous allons parler notre propre langue, a-t-il déclaré.
Il n’a pas fourni de calendrier et n’a pas non plus indiqué la langue qui serait utilisée à la place de l’anglais.
Plusieurs langues locales sont parlées en Gambie, ex-colonie britannique d’environ 1,8 million d’habitants. Parmi elles, figurent le mandingue parlé dans plusieurs pays d’Afrique de l’Ouest, ainsi que le wolof et le diola communs à la Gambie et au Sénégal voisin. Yahya Jammeh lui-même est de l’ethnie diola.
En octobre 2013, la Gambie avait décidé son retrait, avec effet immédiat, du Commonwealth en qualifiant cette organisation de pays anglophones de coloniale.
En Afrique, notre maladie la plus dangereuse est l’ignorance, a encore affirmé Yahya Jammeh dans son discours, en déniant aux Britanniques toute légitimité à donner des leçons sur la démocratie, la bonne gouvernance et les droits de l’Homme en raison de leur passé colonial.
Il a par ailleurs salué les compétences et l’intégrité d’Ali Nawaz Chowhan, qui est le troisième chef du système judiciaire nommé en Gambie en moins d’un an selon un décompte de l’AFP.
Je tiens à (le) féliciter pour avoir accepté ce qui s’annonce comme une tâche difficile, a-t-il dit. Puis s’adressant directement à lui, il a poursuivi : Je n’ai à pas à juger qui que ce soit, je dois envoyer (les suspects) vers vous pour que vous les jugiez, et cela rend mon travail (de chef d’Etat) très facile. Tout ce que j’ai à faire, c’est de mettre en oeuvre vos jugements.
Ali Nawaz Chowhan remplace le Nigérian Emmanuel Fagbenle, qui avait lui-même été nommé en février à la place de la Ghanéenne Mabel Yamoa Agyemang. Mme Agyemang, qui avait été nommée en juillet 2013, fut la première femme à occuper ces fonctions dans ce pays, qui fait souvent appel à des juges étrangers pour renforcer son système judiciaire.
Porté au pouvoir par un coup d’Etat en 1994, élu en 1996 et réélu trois fois (2001, 2006, 2011), le président Yahya Jammeh, 48 ans, règne en maître sur la Gambie, petit pays anglophone enclavé dans le Sénégal à l’exception de sa façade maritime.
Il a fait adopter en 2002 un amendement constitutionnel supprimant la limite du nombre de mandats. Son régime est régulièrement critiqué par des défenseurs des droits de l’Homme pour des violations des libertés.
©AFP

– AFRIKANEWS ARCHIV –
jetzt auch auf
FACEBOOK

1392780800292-jammehfoto: reuters/benoit tessier
Gambias Präsident Yahya Jammeh will eine neue Amtssprache in seinem Land einführen.

Gambia will Englisch als Amtssprache abschaffen
12. März 2014, 08:53 http://derstandard.at/r652/Afrika
Präsident der früheren britischen Kolonie: “Werden unsere eigene Sprache sprechen” – Welche das sein soll, sagt Yaha Jammeh nicht
Banjul – Die frühere britische Kolonie Gambia will Englisch als Amtssprache abschaffen. “Wir werden unsere eigene Sprache sprechen”, sagte Staatschef Yahya Jammeh in einer am Dienstag beim Onlineportal Youtube veröffentlichten Botschaft in englischer Sprache. Welche Sprache dies künftig sein soll, erklärte der 48-Jährige nicht.
In dem westafrikanischen Land sprechen etwa zwei Fünftel der rund 1,8 Millionen Einwohner Mandinka und ein weiteres Drittel Fula oder Wolof. Der Präsident selbst spricht eine Manding-Sprache, wie sie ähnlich auch im Nachbarstaat Mali gesprochen wird.
Commonwealth im letzten Jahr verlassen
Gambia hatte im Oktober mit sofortiger Wirkung den Staatenbund Commonwealth verlassen. Zur Begründung hieß es seinerzeit, das Land wolle “niemals Mitglied einer neokolonialen Einrichtung” sein oder einer “Institution, die für eine Fortsetzung des Kolonialismus steht”. Das Commonwealth of Nations ist ein Bund aus mehr als 50 unabhängigen Staaten, von denen viele einst britische Kronkolonien waren.
Gambia ist der kleinste Staat auf dem afrikanischen Kontinent. Das Land wird – bis auf die Küste – vollständig vom Senegal eingeschlossen. Jammeh kam im Jahr 1994 durch einen unblutigen Putsch an die Macht. Seitdem wurde er drei Mal wiedergewählt. Kritiker werfen ihm vor, das Land autoritär zu regieren und Oppositionelle zu unterdrücken. (APA, 12.3.2014)

Leave a Reply