KENIA. MASSAI WOLLEN EXCISION (weibliche Genitalbeschneidung) BEENDEN – Au Kenya, des Massaï veulent en finir avec l’excision

In Kenia wollen Massai die Beschneidung von Frauen beenden
Narok (Kenia) (AFP) – 2011.03.10 06.20
In Narok, im Westen Kenias, beherbergt eine kleine Kirche ein Dutzend junge Maasai Mädchen, die vor weiblicher Genitalverstümmelung und früher Heirat geflohen sind. Diese sehr alte und illegale Sitte des kenianischen Stammes sieht sich zunehmendem Widerstand ausgesetzt. Unter den Massai verteidigen die Alten energisch diese Praxis in ihrer Kultur. Aber bei jüngeren Menschen ist der Trend gegenläufig.
DEUTSCH (VON MIR ETWAS VERBESSERTE GOOGLE-ÜBERSETZUNG) WEITER UNTER DEM 2. FOTO

Viel mehr dazu – en lire bien plus:
=> 4 articles my blog “Unser globales Dorf – Notre village mondial”
=> 5 articles in here: Afrikanews Archiv

Au Kenya, des Massaï veulent en finir avec l’excision
NAROK (Kenya) (AFP) – 03.10.2011 18:20
A Narok, dans l’ouest du Kenya, une petite église accueille une douzaine de jeunes filles Massaï qui ont fui l’excision et un mariage précoce. Ancestrale, cette coutume de la tribu kényane, illégale, se heurte à de plus en plus de résistances. Parmi les Massaï, les anciens défendent avec vigueur une pratique selon eux culturelle. Mais parmi les plus jeunes, nombreux sont désormais ceux qui s’en détournent.

Deux jeunes Massaï, qui ont fui une excision, ont trouvé refuge au centre de Narok (Kenya), le 20 se
Foto (c) AFP: Zwei junge Massai, die eine Exzision flohen, haben Zuflucht im Zentrum, Narok (Kenia), 20. September 2011, gefunden
Deux jeunes Massaï, qui ont fui une excision, ont trouvé refuge au centre de Narok (Kenya), le 20 septembre 2011

C’est ainsi qu’a été ouvert en 2007 le centre d’aide géré par l’église de Narok, ville à quelque 150 kilomètres de la capitale Nairobi. Mais non sans difficultés: ses fondateurs ont été menacés, certaines jeunes filles venues s’y réfugier ont été reniées par leurs parents.
“Ils vous voient comme quelqu’un qui s’oppose à sa propre culture, à sa propre nature,” explique le pasteur Jacob Momposhi Samperu, à l’origine du centre.
Chez les Massaï, les mariages arrangés, qui généralement rapportent plusieurs vaches à la famille de la jeune mariée, sont encore monnaie courante. Promises très jeunes, les fillettes subissent généralement une excision avant de rejoindre le domicile de leur époux, souvent âgé.
L’opération intervient pendant les vacances scolaires, parfois dès l’âge de neuf ans.
“Epouser une fille qui n’a pas subi d’excision diminue votre valeur en tant qu’homme,” explique Martin Ololoigero, l’un des gérants du centre. “Il y a des rituels auxquels les filles ne peuvent pas participer si elles n’ont pas subi d’excision”.
L’excision, ou mutilation sexuelle féminine, marque chez les Massaï le passage à l’âge adulte.
“C’est important pour une femme” estime un ancien, Olemairuj Kipaken. “Les Massaï ne laissent pas leur fille se marier, à moins qu’elle n’ait subi une excision. Quand c’est fait, elle devient adulte. C’est pour ça que c’est bien, elle peut rejoindre la maison d’un homme.”
Dans le centre de Narok, assises sur leurs lits superposés, deux adolescentes racontent pourtant comment elles ont fui le rituel et le mariage forcé.
“Mes parents étaient morts et les gens qui me gardaient ont voulu me marier. C’est à ce moment là que j’ai fui et que je suis venue dans ce centre”, explique Mary Seela, 15 ans.
“Les filles qui subissent l’excision et sont mariées de force ont souvent une vie difficile parce qu’elles doivent faire des travaux serviles pour de faibles revenus,” poursuit-elle.
Sept ans de prison
Quand les filles ont subi une excision, elles ont beaucoup de problèmes quand elles accouchent,” renchérit Sarah Setoon, aussi âgée de 15 ans. “C’est pour ça que j’ai refusé.”
Au Kenya, l’excision des jeunes filles est pratiquée par les Massaï comme par d’autres tribus.
L’intervention — qui consiste en une altération ou une lésion intentionnelle des organes génitaux externes de la femme pour des raisons non médicales, rappelle l’OMS –, est souvent réalisée à l’aide de rasoirs non stérilisés, sans anesthésiant.
Parce qu’elle peut entraîner de graves hémorragies, problèmes urinaires, ou encore des complications lorsque les jeunes filles mutilées accouchent, de nombreuses organisations non-gouvernementales ont dénoncé la pratique de l’excision dans le pays. Le Kenya a même fini par l’interdire.
La législation prévoit désormais sept ans de prison et 500.000 shillings kényans (3.700 euros) contre toute personne qui pratiquerait une mutilation sexuelle féminine. Si l’opération entraîne la mort de la jeune fille, la prison à vie est prévue.
La première dame du Kenya, Lucy Kibaki, a elle-même récemment appelé à une stricte application de la loi, esitmant que les peines prévues étaient “suffisamment dissuasives si elles sont effectivement appliquées.”
bannerwomen“Les mutilations sexuelles féminines sont responsables d’un fort taux de mortalité en couches et de mortalité infantile,” a-t-elle rappelé.
Chez les Massaï, le combat contre l’excision sera cependant certainement encore de longue haleine.
“C’est quelque chose qui ne va pas s’arrêter bientôt. Cela va prendre du temps,” reconnaît M. Ololoigero. “Nous ne voulons pas froisser la communauté (Massaï). Rappelez-vous que nous venons de cette communauté. Nous voulons un changement progressif.”
© 2011 AFP

Deux jeunes filles Massaï se rendent à l'école de Narok (environ 150 km de Nairobi), le 20 septembr
Foto (c) AFP: Zwei Massai Mädchen gehen zur Schule in Narok (ca. 150 km von Nairobi), 20. September 2011
Deux jeunes filles Massaï se rendent à l’école de Narok (environ 150 km de Nairobi), le 20 septembre 2011

In Kenia wollen Massai die Beschneidung von Frauen beenden
Narok (Kenia) (AFP) – 2011.03.10 06.20
In Narok, im Westen Kenias, beherbergt eine kleine Kirche ein Dutzend junge Maasai Mädchen, die vor weiblicher Genitalverstümmelung und früher Heirat geflohen sind. Diese sehr alte und illegale Sitte des kenianischen Stammes sieht sich zunehmendem Widerstand ausgesetzt. Unter den Massai verteidigen die Alten energisch diese Praxis in ihrer Kultur. Aber bei jüngeren Menschen ist der Trend gegenläufig.
So wurde im Jahr 2007 von der Kirche von Narok, einer Stadt etwa 150 Kilometer von der Hauptstadt Nairobi entfernt, eine Hilfestelle eröffnet. Aber nicht ohne Schwierigkeiten: die Gründer wurden bedroht, einige dorthin geflüchtete Mädchen wurden von ihren Eltern verstoßen.
“Sie sehen dich als jemanden, der seiner eigenen Kultur, seiner eigenen Natur widersetzt”, sagte der Pfarrer Jacob Momposhi Samperu, Gründer des Zentrums.
Unter den Maasai sind arrangierte Ehen, die im Allgemeinen der Familie der Braut einige Kühe einbringen, immer noch weit verbreitet. Sehr jung versprochen, durchlaufen Mädchen in der Regel Exzision, bevor sie zu ihren Ehemännern gehen.
Die Operation erfolgt während der Schulferien, manchmal im Alter von neun Jahren.
“Ein Mädchen heiraten, das nicht durchgemacht hat die Beschneidung, senkt Deinen Wert als Mann”, sagte Martin Ololoigero, einer der Geschäftsführer des Zentrums. “Es gibt Rituale, an denen Mädchen nicht teilnehmen können, wenn sie sich nicht unterziehen Exzision”.
Weibliche Beschneidung oder Verstümmelung der weiblichen Geschlechtsorgane markiert bei den Massai den Übergang zum Erwachsenenalter.
“Es ist für eine Frau wichtig”, sagt ein Alter, Olemairuj Kipaken. “Die Maasai nicht zulassen, dass ihre Tochter heiratet, es sei denn, sie wurde der Exzision unterzogen. Wenn Sie fertig sind, sie erwachsen wird. Deshalb ist es gut, so kann sie in das Haus eines Mannes gehen.”
In der Mitte des Narok sitzen auf ihren Etagenbetten zwei Teenager-Mädchen, die erzählen, wie sie das Ritual und Zwangsheirat geflohen sind.
“Meine Eltern waren tot, und die Leute, bei denen ich dann war, wollten mich verheiraten. Es ist in diesem Moment, dass ich floh und kam in dieses Zentrum”, sagte Mary Seela, 15.
“Die Mädchen, die sich weiblicher Genitalverstümmelung und Zwangsheirat unterziehen, haben oft ein schwieriges Leben, weil sie niedere Arbeiten mit niedrigem Einkommen zu tun haben”, sagt sie.
Sieben Jahre im Gefängnis
“Wenn Mädchen weiblicher Beschneidung unterzogen wurden, haben sie viele Probleme, wenn sie gebären”, ergänzt Sarah Setoon, auch im Alter von 15. “Deswegen habe ich abgelehnt.”
In Kenia ist die Beschneidung von Frauen bei den Maasai üblich, wie auch bei anderen Stämmen.
Die Intervention – eine bewusste Veränderung oder Beschädigung der äußeren Genitalien von Frauen aus nicht-medizinischen Gründen, laut WHO – wird oft mit nicht sterilisierten Rasiermessern durchgeführt, ohne Betäubung.
Weil es eine Blutung, urologische Probleme oder Komplikationen drohen, wenn die verstümmelten Mädchen gebären, haben viele Nichtregierungsorganisationen die Praxis der Beschneidung von Frauen im Land angeprangert. Kenia hat endlich das Verbot ausgesprochen.
Die Gesetzgebung bietet nun sieben Jahre im Gefängnis und 500.000 Schilling (3.700 Euro) gegen eine Person, die weibliche Genitalverstümmelung durchführt. Wenn die Operation verursacht den Tod des Mädchens, ist eine lebenslange Freiheitsstrafe vorgesehen.
Die First Lady von Kenia, Lucy Kibaki, hat sich kürzlich für eine strikte Anwendung des Gesetzes eingesetzt, weil sie meint, dass die Sanktionen seien “abschreckend genug, wenn sie wirksam durchgesetzt werden.”
“Weibliche Genitalverstümmelung sind verantwortlich für eine hohe Sterblichkeitsrate bei der Geburt und Kindersterblichkeit”, sagte sie.
Unter den Massai wird der Kampf gegen die Beschneidung von Frauen aber sicherlich noch lange dauern.
“Das ist etwas, das nicht aufhören wird bald. Es wird einige Zeit dauern”, räumt Herr Ololoigero ein. “Wir wollen nicht beleidigen die Gemeinde (Maasai). Beachten Sie, dass wir dieser Gemeinschaft entstammen. Wir wollen ein allmählicher Wandel.”
© 2011 AFP

0 thoughts on “KENIA. MASSAI WOLLEN EXCISION (weibliche Genitalbeschneidung) BEENDEN – Au Kenya, des Massaï veulent en finir avec l’excision”

  1. Pourquoi avoir choisi l’Allemand ? J’ai fait 8 ans d’apprentissage de cette langue, et je ne suis pas mécontent de pouvoir réviser. La traduction Google a beaucoup de faiblesses, et par exemple, j’aurais traduit instinctivement “Pourquoi ce Blog”, par “Warum dieses Blog”. Mais je suis hors sujet.

    Vous savez, que l’homme soit noir, blanc, rouge ou jaune, cela reste un homme. Ce qui se passe en Afrique, n’est pas plus cruel que ce qui s’est passé dans d’autres pays, ou continents. L’homme que j’appelle Détritus-Manoïde quand je suis en colère, n’est pas plus bon ou mauvais selon ses origines. Au risque de vous décevoir, je suis plus radical que vous, et n’accepte aucune erreur de conduite. Je mets tous les homme dans le même panier, et finalement, il ne restera que 0,4 % de gens intégres.

    A bientôt je l’espère

  2. Cher (ce n’est pas du blabla) Monsieur patate-douce,
    ce que nous allemands appelons “Süsskartoffel”,

    “Au revoir”, habituellement, cela se dit a la fin d’une lettre, mais je veux bien utiliser cette expression pour une ouverture ici, une réouverture, comme nous savons.
    Merci pour avoir suivi mes traces depuis la France.

    “Pourquoi avoir choisi l’Allemand?”

    Rigolons un peu: C’est l’Allemagne qui m’a choisi. Maintenant il faut faire au moins 3 smileys pour que tout le monde comprenne qu’il s’agit d’une blague.
    J’en fais un 😉

    Sérieusement: Parce que je suis allemand par ma nationalité et culture. D’esprit, je suis humaniste, terrien de l’espèce humaine. Rien de moins, rien de plus.

    Le travail de ce blog, car c’est du travail, ne veut pas discuter ni l’Afrique ni nos idées sur quoi que cela soit, il veut d’abords attribuer à la correction de la fausse image de l’Afrique, que mes compatriotes, qui ne parlent ou ne lisent pas bien le français ou l’anglais, se font des par manque d’information originaire.
    Ce blog veut tout simplement bâtir (ou aider à bâtir) un pont, et le faire moins long, ce pont. Rapprocher l’Afrique aux crânes des Nordiens.

    Arrivons a l’essentiel:
    Freund
    C’est une photo de votre visite.

    Je ne suis pas completement d’accord avec vous, mais je le suis au point que je vous recite et vous reciterai ailleurs:
    Vous savez, que l’homme soit noir, blanc, rouge ou jaune, cela reste un homme. Ce qui se passe en Afrique, n’est pas plus cruel que ce qui s’est passé dans d’autres pays, ou continents. L’homme que j’appelle Détritus-Manoïde quand je suis en colère, n’est pas plus bon ou mauvais selon ses origines. Au risque de vous décevoir, je suis plus radical que vous, et n’accepte aucune erreur de conduite. Je mets tous les homme dans le même panier, et finalement, il ne restera que 0,4 % de gens intégres.

    A moi de commenter maintenant:
    Essayez de ne pas etre en colere!

    Soyez le bienvenu pour commenter, pour commenter le sujet africain.
    Faire de la philosophie, (j’aime bien en faire!)
    ce n’est pas ici,
    il y a des forums pour cela.

    Ami,
    merci.

Leave a Reply