MAROKKO: MASSENANSTURM AFRIKANISCHER MIGRANTEN AUF SPANISCHE EXKLAVE MELILLA – Maroc: Un millier d’immigrants refoulés à Melilla

Massenansturm auf spanische Exklave Melilla
von AFP am 20.11.2013
Etwa 1.000 afrikanische Flüchtlinge haben versucht, von Marokko aus in einem Massenansturm in die spanische Nordafrikaexklave Melilla zu gelangen. Marokkanische Sicherheitskräfte griffen ein, was die Afrikaner zur Umkehr bewog. Das teilte die Präfektur der spanischen Stadt an der nordafrikanischen Mittelmeer-Küste gestern mit.
DEUTSCHER ARTIKEL WEITER UNTER DEM FRANZÖSISCHEN

=> SIEHE AUCH – VOIR AUSSI “MIGRATIONEN” in AFRIKANEWS ARCHIV, ca 110 blogposts 2010 – 2013
=> => MAROKKO – MAROC in AFRIKANEWS ARCHIV
=> => SPANIEN – ESPAGNE in AFRIKANEWS ARCHIV

Un millier d’immigrants refoulés à Melilla
http://www.20min.ch 20.11.2013
Les autorités espagnoles et marocaines ont déjoué mercredi dans la nuit une tentative d’entrer en Espagne menée par des immigrants venus du Maroc vers l’enclave de Melilla.

Grenzzaun in MelillaGrenze Marokko – Melilla, la frontiére

Descendus du Mont Gurugu, qui domine du côté marocain l’enclave espagnole et où ils ont leurs campements, les clandestins se sont dirigés en une longue file indienne vers la frontière grillagée qui sépare le Maroc de Melilla, selon des images tournées par des caméras de surveillance à vision nocturne et diffusées par la Garde civile espagnole.
«Dispersés par les forces marocaines» une première fois, les immigrants se sont ensuite approchés de l’un des postes-frontière, situé à Farhana, dans la partie nord de la frontière, a indiqué la préfecture de Melilla dans un communiqué.
Repli vers le Maroc
Ils se sont finalement repliés en territoire marocain vers trois heures du matin, «sans avoir atteint la frontière ni tenté de donner l’assaut», a ajouté la préfecture.
Haut de sept mètres sur onze kilomètres de long, sans cesse renforcé et balisé par des dizaines de caméras et de capteurs, le triple grillage qui sépare le Maroc de l’Espagne à Melilla a pour but de décourager les assauts menés par des groupes de clandestins venus d’Afrique subsaharienne, qui espèrent ainsi gagner le sol européen.
Seul point de passage terrestre avec Ceuta
Certains d’entre eux réussissent néanmoins à franchir cette frontière qui constitue, avec l’autre enclave espagnole de Ceuta, dans le nord du Maroc, le seul point de passage terrestre entre les continents africain et européen.
Récemment, l’installation par l’Espagne de barbelés tranchants dans la partie supérieure de la frontière, afin de «renforcer la sécurité» en certains points, a suscité une levée de boucliers, des associations des droits de l’Homme et l’opposition accusant le gouvernement de droite de répondre à la pression migratoire avec des moyens excessifs.
Barbelés «criminels»
Mardi, le procureur général de l’État espagnol, Antonio Torres-Dulce, a lui-même estimé que l’installation de ces barbelés n’est pas «conforme au droit» et demandé l’ouverture d’une enquête.
L’opposition socialiste a présenté mercredi une motion à la Chambre des députés, demandant au gouvernement qu’il enlève «les terribles barbelés criminels» installés à Melilla et rappelant qu’ils «provoquent de graves blessures chez les personnes qui tentent d’entrer en Espagne».
Populisme xénophobe dénoncé
«Il n’est pas possible de défendre en Europe une position modérée et d’agir ici de la pire manière du populisme xénophobe», a lancé la députée Marisol Perez Dominguez en présentant la motion, largement soutenue par les groupes d’opposition et rejetée par les députés du Parti populaire, de droite.
Un tel dispositif, sur lequel de nombreux migrants africains s’étaient blessés, était déjà en place à la frontière jusqu’en 2006, date à laquelle il avait été retiré.
Les autorités espagnoles ont une nouvelle fois justifié mercredi la nécessité de renforcer la frontière.
Extrême pression migratoire
«Cette tentative déjouée démontre une fois de plus l’extrême pression migratoire sur cette ville et la nécessité de renforcer les mesures anti-intrusion qui constituent son périmètre frontalier», selon la préfecture.
Entre le 1er janvier et le 17 septembre 2013, environ 3000 clandestins ont tenté de franchir la barrière grillagée de Melilla, selon le ministère espagnol de l’Intérieur, dont 77% ont été repoussés. 1610 immigrants avaient fait de même sur la même période de 2012.
Ces clandestins viennent d’Afrique subsaharienne, tandis que Melilla connaît aussi une forte poussée migratoire à partir des pays du Maghreb, ces migrants choisissant généralement le passage par les postes-frontière à l’aide de faux passeports marocains.
(ats/afp)

– AFRIKANEWS ARCHIV –
jetzt auch auf
FACEBOOK

Massenansturm auf spanische Exklave Melilla
von AFP am 20.11.2013
Etwa 1.000 afrikanische Flüchtlinge haben versucht, von Marokko aus in einem Massenansturm in die spanische Nordafrikaexklave Melilla zu gelangen. Marokkanische Sicherheitskräfte griffen ein, was die Afrikaner zur Umkehr bewog. Das teilte die Präfektur der spanischen Stadt an der nordafrikanischen Mittelmeer-Küste gestern mit.
Laut der Präfektur handelte es sich um Flüchtlinge aus Ländern südlich der Sahara. In Marokko leben Tausende solcher Menschen in Camps und warten auf eine Gelegenheit, nach Europa zu gelangen.
Der Präfekt von Melilla, Abdelmalik El Barkani, verlangte, die Europäische Union müsse sich stärker am Schutz der Grenzen und an der Kontrolle der Migrationsströme beteiligen. „Das ist ein Problem, das nicht nur Spanien und Marokko etwas angeht, sondern die gesamte EU.“
Ein in der Nacht aufgenommenes Video der spanischen Polizei zeigte, wie sich Flüchtlinge in einer langen Schlange auf den sechs Meter hohen Grenzzaun im Norden Marokkos zubewegten.

Die in Marokko liegenden spanischen Exklaven Ceuta und Melilla haben die einzigen Landgrenzen zwischen Afrika und der Europäischen Union. Daher versuchen immer wieder Flüchtlinge, dorthin zu gelangen. Andere versuchen ihr Glück, in dem sie in meist völlig überfüllten Booten den gefährlichen Weg über das Meer Richtung Europa antreten.

Leave a Reply