NIGER VORNE BEIM KAMPF GEGEN KINDERSTERBLICHKEIT – Mortalité infantile: le Niger en tête des pays ayant le plus progressé

schulebannerNIGER: Beim Kampf gegen Kindersterblichkeit ganz vorn
NEW YORK afp Die Sterblichkeitsrate bei Kindern ist nach wie vor hoch. Doch in einigen Staaten tut sich was. Vor allem im Niger, wie aus einer Studie von Save the Children hervorgeht.
DEUTSCH (ARTIKEL AUS taz) WEITER UNTER DEM UNTEREN FOTO

=> SIEHE AUCH – VOIR AUSSI NIGER in AFRIKANEWS ARCHIV
=> SIEHE AUCH – VOIR AUSSI KINDER-ENFANTS in AFRIKANEWS ARCHIV
=> KEYWORD KINDERSTERBLICHKEIT – MORTALITÉ INFANTILE in AFRIKANEWS ARCHIV

Mortalité infantile: le Niger en tête des pays ayant le plus progressé
New York (AFP) – 23.10.2013 06:28
Le Niger est en tête des pays qui ont réduit de la manière la plus drastique et la plus équitable la mortalité infantile depuis 1990, selon une étude publiée mercredi par l’ONG Save the Children.

Des femmes nigériennes attendent avec leurs enfants dans un centre de Médecins sans Frontières, à Do
Nigerische Frauen warten mit ihren Kindern bei Ärzte ohne Grenzen , in Dogo
Des femmes nigériennes attendent avec leurs enfants dans un centre de Médecins sans Frontières, à Dogo
afp.com – Issouf Sanogo

Parmi les 10 pays qui ont le mieux réussi à réduire le nombre d’enfants de moins de cinq ans décédant de causes qui auraient pu être évitées figurent aussi le Libéria, le Rwanda, l’Indonésie, Madagascar, l’Inde, la Chine, l’Egypte, la Tanzanie et le Mozambique.
A l’autre extrémité de la liste, on trouve Haïti, la Papouasie Nouvelle-Guinée et la Guinée équatoriale.
La mortalité des moins de cinq ans reste élevée au Niger mais elle a été réduite de deux tiers, passant de 326 pour 1.000 en 1990 à 114 pour 1.000 en 2012. Pour parvenir à ce résultat, le Niger, pourtant un des pays les plus pauvres de la planète, a instauré un système de soins gratuits pour les femmes enceintes et les enfants et des programmes de nutrition.
L’étude porte sur 75 pays, les plus atteints par la mortalité maternelle et infantile. Elle mesure non seulement les progrès réalisés mais si ces progrès ont bénéficié à toutes les régions et toutes les classes sociales du pays et s’ils sont durables parce que soutenus par une volonté politique.
De ce point de vue, souligne le rapport, les avancées réalisées dans des pays comme le Bangladesh et le Cambodge sont précaires car inégales. En Afrique subsaharienne, qui concentre la moitié des décès d’enfants de moins de cinq ans, ces inégalités entre enfants riches et pauvres se sont en fait aggravés entre 1998 et 2008, selon l’étude.
Quatre millions d’enfants auraient pu ainsi être sauvés si les progrès de la lutte contre la mortalité infantile avaient été répartis de manière équitable, souligne l’ONG.
“Souvent, les enfants les plus pauvres sont délaissés et dans les cas extrêmes, leur situation empire”, souligne Patrick Watt, directeur de campagne pour Save the Children. “Les dirigeants mondiaux doivent garantir que tous les enfants aient une chance égale de survivre”.
Parmi les Objectifs du Millénaire pour le développement fixés par l’ONU en 2000 figure une réduction de deux tiers de la mortalité infantile d’ici à 2015. Selon l’étude, 25 pays ont dores et déjà atteint cet objectif dont certains parmi les plus pauvres (Bangladesh Ethiopie, Liberia, Malawi, Népal, Tanzanie) et plusieurs autres sont en passe d’y parvenir (Cambodge, Guinée, Mozambique, Niger, Rwanda).
Les progrès ont été “sans précédent” depuis un demi-siècle, souligne Save the Children: en 1960 la mortalité infantile en Afrique était de 27%, contre moins de 10% aujourd’hui. Mais “il ne faut pas relâcher les efforts car chaque jour 18.000 enfants de moins de cinq ans meurent de causes évitables”.
© 2013 AFP

– AFRIKANEWS ARCHIV –
jetzt auch auf
FACEBOOK

Une femme nigérienne et son bébé dans un hôpital
Eine nigerische Frau und ihr Baby in einem Krankenhaus
Une femme nigérienne et son bébé dans un hôpital
afp.com – Mustafa Ozer

NIGER: Beim Kampf gegen Kindersterblichkeit ganz vorn
NEW YORK afp Die Sterblichkeitsrate bei Kindern ist nach wie vor hoch. Doch in einigen Staaten tut sich was. Vor allem im Niger, wie aus einer Studie von Save the Children hervorgeht.
In einer am Mittwoch veröffentlichten Studie der Organisation befinden sich auch Liberia, Ruanda, Indonesien, Madagaskar Indien, China, Ägypten, Tansania und Mosambik in der Spitzengruppe. Am anderen Ende der Skala listet die Organisation Haiti, Papua-Neuguinea und Äquatorialguinea auf. Untersucht wurden die 75 Länder mit der höchsten Kindersterblichkeit.
Die Sterblichkeitsrate bei Kindern im Alter unter fünf Jahren ist im Niger, einem der ärmsten Länder der Erde, nach wie vor hoch. Sie konnte seit 1990 aber um zwei Drittel verringert werden: Damals starben von 1.000 lebend geborenen Kindern 326, im Jahr 2012 waren es 114 pro 1000 – eine immer noch hohe, aber um zwei Drittel niedrigere Rate. Der relative Erfolg verdankt sich vor allem Ernährungsprogrammen und kostenlosen Betreuungsangeboten für schwangere Frauen und Kleinkinder.
Vier Millionen Kinder hätten den NGO-Angaben zufolge gerettet werden können, wenn die Schere zwischen Arm und Reich nicht so weit auseinanderklaffen würde. Doch in Afrika südlich der Sahara, wo die meisten Kindestode passieren, gebe es extreme Unterschiede in der Einkommensverteilung und damit auch bei den Überlebenschancen.
Save the Children rief die Regierungen auf, nationale Gesundheitspläne zugunsten aller Kinder aufzulegen, einschließlich Neugeborener. Außerdem müsse jedes Kind die Nahrung bekommen, die es „zum Überleben und Gedeihen“ benötige.

Leave a Reply