NIGERIA; ENTFÜHRTE MÄDCHEN: USA SCHICKEN SOLDATEN – Enlèvements au Nigeria: 80 militaires américains au Tchad

Nigeria: 80 US-Soldaten sollen entführte Schülerinnen suchen
21. Mai 2014, 22:37 http://derstandard.at/r652/Afrika
Präsident Obama verkündet Truppenentsendung
Washington/Abuja – Die USA unterstützen die Suche nach den mehr als 200 in Nigeria verschleppten Schülerinnen nun auch mit Bodentruppen.

DEUTSCHER ARTIKEL WEITER UNTER DEM UNTEREN BILD

=> => ALLE ARTIKEL ZUM THEMA “ENTFÜHRTE MÄDCHEN” – TOUS ARTICLES SUR LE SUJET “LYCÉENNES ENLEVÉES”

Enlèvements au Nigeria: 80 militaires américains au Tchad
Washington (AFP) – 21.05.2014 20:37
Quelque 80 militaires américains ont été déployés au Tchad dans le cadre des recherches de lycéennes enlevées au Nigeria voisin le mois dernier, a annoncé mercredi le président Barack Obama dans une lettre au Congrès.

ap-fotoFoto AP

Ces soldats “soutiendront les opérations de renseignement, de surveillance et de vols de reconnaissance pour des missions au-dessus du nord du Nigeria et des régions voisines”, a expliqué M. Obama.
Cette lettre a été envoyée conformément à la loi sur les “pouvoirs de guerre”, qui dispose que le président doit informer la branche législative d’un déploiement militaire à l’étranger.
Ces soldats “resteront au Tchad jusqu’à ce que leur soutien pour résoudre la situation des enlèvements ne soit plus requis”, selon la lettre.
Les 80 militaires envoyés seront chargés de faire fonctionner un drone non-armé, qui est également envoyé au Tchad, a ajouté un porte-parole du Pentagone, le colonel Steve Warren, sans préciser le type d’appareil concerné.
Washington a déjà effectué ces derniers jours des vols de drones au-dessus des zones où pourraient avoir été emmenées les jeunes filles. Le Pentagone n’a pas précisé leur base d’origine -vraisemblablement Niamey (Niger)- mais considère que l’ajout d’un drone au Tchad permettra d’avoir une présence accrue au-dessus de la zone d’intérêt.
Cette annonce intervient alors que le Nigeria connaît un déchaînement de violence attribué à l’insurrection des islamistes de Boko Haram. Ceux-ci ont revendiqué l’enlèvement des 276 lycéennes en avril à Chibok (nord-est).
Boko Haram a aussi revendiqué une série d’attaques spectaculaires depuis un mois et demi, dont deux attentats à la voiture piégée à Abuja, la capitale fédérale, qui ont tué au total une centaine de personnes.
Près de 150 personnes ont en outre péri en deux jours au Nigeria, dans des attaques de villages dans le Nord-Est et un attentat à Jos (centre), condamné par les Etats-Unis qui ont plaidé pour la lutte contre Boko Haram.
“Ces attaques odieuses contre des civils nigérians sans défense et l’enlèvement le mois dernier par Boko Haram de plus de 200 jeunes filles sont des actes terroristes inadmissibles qui exigent (une réponse) de la justice”, a estimé dans un communiqué le département d’Etat américain.
La diplomatie américaine a également condamné un attentat suicide qui avait fait quatre morts le 18 mai à Kano, dans le nord du Nigeria.
Mais si le communiqué de Washington fait mention du groupe islamiste armé Boko Haram pour le rapt des lycéennes de Chibok (nord-est), il ne lui attribue pas directement la responsabilité des attentats commis cette semaine.
Cet enlèvement a déclenché une mobilisation internationale, avec l’envoi sur le terrain par les Etats-Unis d’avions, de drones et d’une trentaine de civils et militaires.
Même si les Américains aident Abuja, ils ont vivement critiqué le président nigérian Goodluck Jonathan pour sa gestion de la crise et son incapacité à stopper la spirale de violence qui a fait plus de 2.000 morts depuis le début de l’année.
Confronté à une situation “difficile”, le gouvernement nigérian n’en a pas moins les moyens de “faire des progrès significatifs dans sa bataille contre Boko Haram”, a toutefois encouragé une cadre du département d’Etat, Sarah Sewall, qui témoignait devant la Chambre des représentants.
La porte-parole du département d’Etat Jennifer Psaki a elle aussi estimé qu’il n’était “pas trop tard” pour agir contre le groupe islamiste armé “compte-tenu des atrocités en cours”.
Elle n’a pas donné d’informations sur le sort des jeunes filles aux mains de Boko Haram, assurant simplement que “les recherches continuent, sous la direction du Nigeria”.
© 2014 AFP

– AFRIKANEWS ARCHIV –
jetzt auch auf
FACEBOOK

Manifestation pour la libération des lycéennes nigerianes kidnappées, le 22 mai à Harare
Solidaritätsdemonstration für die nigerianischen Mütter – in Simbabwe
Manifestation pour la libération des lycéennes nigerianes kidnappées, le 22 mai à Harare
afp.com – Jekesai Nijikizana

Nigeria: 80 US-Soldaten sollen entführte Schülerinnen suchen
21. Mai 2014, 22:37 http://derstandard.at/r652/Afrika
Präsident Obama verkündet Truppenentsendung
Washington/Abuja – Die USA unterstützen die Suche nach den mehr als 200 in Nigeria verschleppten Schülerinnen nun auch mit Bodentruppen. US-Präsident Barack Obama teilte am Mittwoch mit, dass rund 80 US-Soldaten in das Nachbarland Tschad verlegt worden seien. Bisher hatte sich die US-Armee mit Aufklärungsflugzeugen und Drohnen an der Suche nach den von der Terrorgruppe Boko Haram verschleppten Mädchen beteiligt.
Die US-Einheit werde die “Geheimdienst- und Aufklärungsoperation” im Norden Nigerias und den umliegenden Gebieten unterstützen, hieß es in dem Schreiben von Obama an den Kongress. “Die Kräfte werden im Tschad bleiben, bis ihre Unterstützung bei der Beendigung der Entführung nicht länger benötigt wird.”
Vergangene Woche hatte das Pentagon bestätigt, dass das US-Militär eine Drohne vom Typ Global Hawk und ein Turbopropflugzeug MC-12 für Aufklärungsflüge in der Region einsetzt. Washington berät die Regierung Nigerias außerdem mit einem Expertenteam, dem Militärangehörige des US-Regionalkommandos für Afrika (AFRICOM), FBI-Polizisten sowie Mitarbeiter des Außenministeriums und der US-Entwicklungshilfebehörde USAID angehören.
Die Entführung der Schulmädchen in Nigeria hat die Öffentlichkeit in den USA stark bewegt. First Lady Michelle Obama hielt zu diesem Thema am 10. Mai. erstmals an der Stelle ihres Mannes die wöchentliche Rundfunkansprache. Die Präsidentengattin geißelte dabei die Verschleppung als “skrupellose Tat” einer Terrorgruppe, die jegliche Bildung für Mädchen verhindern wolle.  (APA, 21.5.2014)

Leave a Reply