NIGERIA: NEUE ENTFÜHRUNG VON MÄDCHEN, USA GREIFEN EIN – Enlèvements au Nigeria: Obama dénonce une "situation révoltante"

2. Nach Entführung von Schulmädchen – USA schicken Team nach Nigeria
06.05.2014 http://www.tagesschau.de/ausland/
Die USA wollen sich mit einem Expertenteam an der Suche nach verschleppten Schulmädchen in Nigeria beteiligen.
1. Weitere acht Mädchen in Nordnigeria entführt
6. Mai 2014, 15:41 http://derstandard.at/r652/Afrika
Abuja – Die islamistische Terrorgruppe Boko Haram hat in Nordnigeria erneut mehrere Schülerinnen entführt.
3. Entführungen in Nigeria: Obama prangert “revoltierende Lage an”
Washington ( AFP) – 2014.06.05 21.40 Uhr
Der Präsident der Vereinigten Staaten Barack Obama sagte am Dienstag, dass die Entführung von mehr als 200 Schülerinnen in Nigeria eine “schockierende Situation” sei und er wünschte eine “internationale Mobilisierung” gegen die islamistische Gruppe Boko Haram .
DEUTSCHE ARTIKEL WEITER UNTER DEM FOTO IN DER MITTE

=> => ALLE ARTIKEL ZUM THEMA – TOUS ARTICLES SUR LE SUJET
=> MORE FRAUEN – FEMMES in AFRIKANEWS ARCHIV
=> MORE KINDER – ENFANTS in AFRIKANEWS ARCHIV
=> => MORE NIGERIA in AFRIKANEWS ARCHIV

1. Nigeria: nouveaux enlèvements d’adolescentes, indignation mondiale
Kano (Nigeria) (AFP) – 06.05.2014 18:26 – Par Aminu ABUBAKAR
Huit adolescentes ont été kidnappées dans le nord-est du Nigeria par des membres présumés du groupe islamiste armé Boko Haram, qui a déjà revendiqué lundi l’enlèvement sans précédent de plus de 200 lycéennes, plongeant leurs familles dans le désarroi. L’annonce de ces nouveaux rapts intervient alors que la menace de Boko Haram de vendre comme “esclaves” les lycéennes enlevées le 14 avril, contenue dans une vidéo, a suscité une indignation mondiale.

Des manifestants font pression sur le gouvernement pour qu'il accentue ses efforts en vue de la libé
Täglich wird in Nigeria Druck auf die Regierung ausgeübt
Des manifestants font pression sur le gouvernement pour qu’il accentue ses efforts en vue de la libération des lycéennes enlevées par Boko Haram, à Abuja le 6 mai 2014
afp.com – Pius Utomi Ekpei

“Ils passaient de porte en porte à la recherche de filles (…) Ils ont pris de force huit filles âgées de 12 à 15 ans”, a déclaré Abdullahi Sani, un habitant du village de Warabe, dans l’Etat de Borno (nord-est), où l’enlèvement des huit adolescentes a eu lieu dimanche soir. Ces nouveaux rapts ont été confirmés par d’autres habitants.
Lundi, le chef de Boko Haram, Abubakar Shekau, avait revendiqué le kidnapping de 276 lycéennes, dans un lycée de Chibok, également dans l’Etat de Borno, région d’origine de l’insurrection qui a fait des milliers de morts depuis son déclenchement en 2009.
Dans une vidéo obtenue lundi par l’AFP, Shekau explique qu’il va “vendre (les lycéennes) sur le marché” et qu’elles sont traitées en “esclaves”.
“Depuis le début, nous imaginions ce qui pourrait arriver à nos filles aux mains de de ces gens abominables. Aujourd’hui, Shekau a confirmé nos craintes”, a déclaré Lawal Zanna, dont la fille figure parmi les captives.
L’enlèvement a provoqué une vive indignation dans le pays, où des centaines de parents des lycéennes enlevées s’étaient rassemblés jeudi pour une marche de protestation, mais aussi à l’étranger, où il a fait la une de nombreux journaux.
-“Totalement contraire aux enseignements de l’islam”-
Mardi, Al-Azhar, plus haute autorité religieuse de l’islam sunnite, a appelé Boko Haram à relâcher les lycéennes.
Dans un communiqué publié au Caire, Al-Azhar, siège de la prestigieuse université islamique du même nom, a souligné que faire du mal à ces jeunes filles est “totalement contraire aux enseignements de l’islam et à ses principes de tolérance”, et appelé “à la libération immédiate” des lycéennes
“Nous ne pouvons pas fermer les yeux sur cette preuve évidente de barbarie”, a déclaré lundi la sénatrice démocrate américaine Amy Klobuchar devant ses pairs.
Le chef de la diplomatie britannique, dénonçant des kidnappings “écoeurants”, a indiqué que Londres apportait une “aide concrète” au Nigeria dans cette affaire.
Vendre les adolescentes s’apparenterait à un crime contre l’humanité, a prévenu l’ONU.
Une “cruauté inimaginable”, a dit Angelina Jolie à Paris.
Au total, 276 lycéennes avaient été enlevées il y a trois semaines. Plusieurs dizaines ont réussi à s’enfuir mais plus de 220 seraient toujours aux mains des insurgés, selon la police.
Depuis l’attaque, les familles ont critiqué l’action de l’armée, qu’elles accusent d’avoir négligé l’affaire depuis le départ.
Les militaires assurent avoir lancé une vaste opération de recherches, notamment dans la forêt de Sambisa où Boko Haram a installé des camps fortifiés.
– Emmenées à l’étranger? –
Les Etats-Unis ont proposé mardi d’envoyer une équipe d’experts pour aider les autorités nigérianes à retrouver les lycéennes. Le secrétaire d’Etat américain John Kerry s’est entretenu par téléphone à ce sujet avec le président nigérian Goodluck Jonathan.
Le département d’Etat américain avait indiqué disposer d’informations selon lesquelles les adolescentes auraient été emmenées dans des pays voisins, se faisant l’écho de déclarations – non confirmées – de responsables locaux à Chibok, qui avaient affirmé récemment que les captives avaient été vendues comme épouses à des combattants islamistes du Cameroun et du Tchad.
Mais les autorités tchadiennes et camerounaises ont indiqué que les lycéennes n’étaient pas dans leurs pays.
Pour Enoch Mark, critique virulent du gouvernement depuis que sa fille a été enlevée, l’action de l’armée nigériane reste largement insuffisante.
Les insurgés de “Boko Haram ne sont pas des esprits ou des créatures extra-terrestres qui ne peuvent pas être suivies et maîtrisées”, a-t-il déclaré à l’AFP.
Le président nigérian Goodluck Jonathan est soumis à une forte pression depuis le rapt, survenu quelques heures après un attentat à la voiture piégée revendiqué par Boko Haram dans les faubourgs de la capitale fédérale, Abuja, qui avait fait au moins 75 morts – l’attaque la plus meurtrière enregistrée dans la ville.
Goodluck Jonathan, affaibli par les critiques contre la corruption de son administration et son impuissance à juguler les violences, espérait que le Forum économique de l’Afrique, sommet commençant mercredi à Abuja, mettrait en valeur les progrès économiques du pays et non ses graves problèmes politiques, sécuritaires et sociaux.
Mais la vague de violences a focalisé l’attention sur Boko Haram.
Le groupe islamiste armé, qui dit vouloir créer un Etat islamique dans le Nord à majorité musulmane, a promis de continuer ses attaques.
Pour Enoch Mark, si le gouvernement n’arrive pas à retrouver les adolescentes, cela ne pourra qu’encourager les insurgés à commettre d’autres méfaits.
“Le gouvernement devrait réaliser que cela ne serait que le début d’enlèvements plus nombreux et de l’anarchie, s’il ne sauve pas ces filles”, a-t-il asséné. “Aujourd’hui c’est Chibok, mais qui sait où ça pourrait se produire demain?”
© 2014 AFP

2. Enlèvements au Nigeria: Obama dénonce une “situation révoltante”
Washington (AFP) – 06.05.2014 21:40
Le président des Etats-Unis Barack Obama a affirmé mardi que l’enlèvement de plus de 200 lycéennes au Nigeria constituait une “situation révoltante”, et souhaité une “mobilisation internationale” contre le groupe islamiste Boko Haram.
Confirmant lors d’un entretien sur la chaîne ABC que le Nigeria avait accepté l’envoi d’une équipe américaine d’experts pour tenter de retrouver les jeunes filles, M. Obama a dénoncé en Boko Haram “l’une des pires organisations terroristes”.
“C’est évidemment une situation qui brise le coeur, une situation révoltante”, a remarqué M. Obama dans ses premières déclarations publiques à ce sujet.
Plus tôt mardi, le gouvernement du Nigeria avait accepté la proposition américaine d’envoyer une équipe d’experts pour aider à retrouver les lycéennes disparues depuis 22 jours, et présumées aux mains de Boko Haram.
Les Nigérians “ont accepté notre aide, mêlant militaires, police et d’autres agences qui vont aller sur place, essayer de savoir où ces jeunes filles pourraient être et les aider”, a ajouté M. Obama.
Pour M. Obama, “Boko Haram est l’une des pires organisations terroristes au niveau local ou régional. (Ses membres) tuent sans pitié depuis des années, et nous cherchions déjà à établir une plus grande coopération avec les Nigérians” pour lutter contre le groupe.
Cet enlèvement de masse “pourrait être l’événement qui aide à mobiliser la communauté internationale toute entière afin de faire enfin quelque chose contre une organisation aussi abjecte, qui a perpétré un crime affreux”, a-t-il assuré.
© 2014 AFP

– AFRIKANEWS ARCHIV –
jetzt auch auf
FACEBOOK

La mère d'une des lycéennes enlevées à Chibok pleure durant une manifestation à Abuja le 6 mai 2014
Eine der Mütter in Abuja, Nigeria
La mère d’une des lycéennes enlevées à Chibok pleure durant une manifestation à Abuja le 6 mai 2014
afp.com – Pius Utomi Ekpei


1. Weitere acht Mädchen in Nordnigeria entführt

6. Mai 2014, 15:41 http://derstandard.at/r652/Afrika
Abuja – Die islamistische Terrorgruppe Boko Haram hat in Nordnigeria erneut mehrere Schülerinnen entführt. Die acht Mädchen seien am Dienstag aus dem Dorf Waranbe im Bundesstaat Borno verschleppt worden, berichtete die Zeitung “Sahara Reporters”. Gleichzeitig hätten die Islamisten in der Nähe der Grenze zu Kamerun mehrere Kontrollstellen von Polizei und Militär angegriffen. (APA, 6.5.2014)

2. Nach Entführung von Schulmädchen – USA schicken Team nach Nigeria
06.05.2014 http://www.tagesschau.de/ausland/
Die USA wollen sich mit einem Expertenteam an der Suche nach verschleppten Schulmädchen in Nigeria beteiligen. US-Außenminister John Kerry habe dem nigerianischen Präsidenten Goodluck Jonathan in einem Telefonat die Entsendung der Experten angeboten, teilte Außenamtssprecherin Jen Psaki in Washington mit. Jonathan habe die Maßnahme begrüßt.
Das Team werde mit den Behörden in Nigeria zunächst prüfen, wie die USA die Suchbemühungen “am besten unterstützen” könnten. Die Einzelheiten der Mission würden derzeit noch festgelegt, sagte Psaki. US-Präsident Barack Obama habe das Außenministerium aber angewiesen, “alles zu tun, was wir können, um der nigerianischen Regierung dabei zu helfen, alle diese Mädchen zu finden und zu befreien”.
Washington bot demnach auch die Einrichtung eines Krisenzentrums in der US-Botschaft in Abuja an. Dort könnten sich US-Militärvertreter sowie auf Entführungsfälle spezialisierte Experten der US-Justizbehörden in die Suche einschalten. Außerdem soll der Einsatz der nigerianischen Sicherheitskräfte unterstützt werden, etwa durch den Austausch von Geheimdienstinformationen.
Weitere Mädchen entführt
Grund ist unter anderem die Entführung acht weiterer Schulmädchen im Norden des afrikanischen Landes. Boko Haram hatte sich am Montag bereits zu der Entführung von fast 300 Schülerinnen in Nigeria bekannt. Die Mädchen waren vor drei Wochen aus ihrer Schule in Chibok im Nordosten des Landes verschleppt worden. Boko-Haram-Chef Abubakar Shekau kündigte in einem Video den Verkauf, die Versklavung und die Zwangsverheiratung der Mädchen an. 53 von ihnen konnten fliehen, 276 sind nach Angaben der Polizei noch in Gefangenschaft.
Boko Haram kämpft seit fünf Jahren für einen islamistischen Staat im mehrheitlich muslimischen Norden Nigerias und verübt regelmäßig Anschläge auf Polizei, Armee und Behörden, aber auch auf Schulen und Kirchen. Etwa 1500 Menschen wurden bei Angriffen allein in diesem Jahr getötet.

3. Entführungen in Nigeria: Obama prangert “revoltierende Lage an”
Washington ( AFP) – 2014.06.05 21.40 Uhr
Der Präsident der Vereinigten Staaten Barack Obama sagte am Dienstag, dass die Entführung von mehr als 200 Schülerinnen in Nigeria eine “schockierende Situation” sei und er wünschte eine “internationale Mobilisierung” gegen die islamistische Gruppe Boko Haram .
In einem Interview auf ABC bestätigte er, dass Nigeria akzeptiert hat, ein US-Team von Experten aufzunehmen, um zu versuchen, die Mädchen zu finden. Obama verurteilte Boko Haram als “eine der schlimmsten Terrororganisationen” .
“Das ist natürlich eine Situation, eine revoltierende Situation, die einem das Herz bricht”, sagte Obama in seiner ersten öffentlichen Erklärungen darüber.
Früher am Dienstag hatte die nigerianische Regierung den US-Vorschlag akzeptiert, ein Team von Experten zu schicken, um zu helfen, die seit 22 Tagen verschwundenen und in den Händen der Boko Haram befindlichen Schülerinnen zu finden.
Die Nigerianer “haben unsere Hilfe angenommen. Es wird eine Kombination von Militär, Polizei und anderen Spezialisten sein, die dorthin gehen werden und versuchen, herauszufinden, wo diese Mädchen sein könnten und ihnen dann helfen “, sagte Obama.
Für Herrn Obama ist ” Boko Haram eine der schlimmsten Terrororganisationen auf lokaler oder regionaler Ebene. Die Mitglieder töten gnadenlos seit Jahren, und wir sind bereits auf der Suche nach mehr Zusammenarbeit mit den Nigerianern”, um die Gruppe zu bekämpfen.
Diese Massenentführung”könnte das Ereignis sein, das die gesamte internationale Gemeinschaft mobilisiert, um endlich etwas gegen eine so verabscheuungswürdige Organisation zu tun, die schreckliche Verbrechen begangen hat”, versicherte er .
© 2014 AFP

Leave a Reply