SENEGAL: GESAMTE REGIERUNG ERNEUERT FÜR EFFIZIENTE POLITIK – Sénégal: Aminata Touré Premier, un nouveau gouvernement pour faire face à la grogne sociale

Senegals Präsident setzt gesamte Regierung ab
1. September 2013, 20:17 http://derstandard.at/r652/Afrika
Ex-Justizministerin Toure wird neue Ministerpräsidentin
Dakar – Senegals Präsident Macky Sall hat seiner gesamten Regierung den Laufpass gegeben. Ohne Angabe von Gründen setzte der Staatschef am Sonntag den seit 17 Monaten amtierenden Ministerpräsidenten Abdoul Mbaye sowie das Kabinett mit sofortiger Wirkung ab.
2. Senegal: eine neue Regierung, um mit der sozialen Unruhe umzugehen
Dakar (AFP) – 03.09.2013 20.16 Uhr – von Malick Rokhy BA
Mit der Ernennung eines seiner Nahen an die Spitze der neuen Regierung versprach der senegalesische Präsident Macky Sall, die Erwartungen seiner Landsleute zu beantworten zu versuchen, die durch das langsame Tempo der sozioökonomischen Reformen seit seinem Wahltriumph enttäuscht sind.
DEUTSCHER ARTIKEL WEITER UNTER DEM FRANZÖSISCHEN

1. Sénégal: l’ex-ministre Aminata Touré nommée Premier ministre
Dakar (AFP) – 01.09.2013 20:10
Le président sénégalais Macky Sall a remercié dimanche son Premier ministre Abdoul Mbaye, qu’il a remplacé le même jour par une de ses proches, Aminata Touré, précédemment ministre de la Justice, qui devient la deuxième femme chef de gouvernement de l’histoire du Sénégal.

Aminata Touré, ministre de la Justice du Sénégal, le 19 décembre 2012 à Dakar
Ex-Justizministerin Toure wird neue Ministerpräsidentin
Aminata Touré, ministre de la Justice du Sénégal, le 19 décembre 2012 à Dakar
afp.com –

Aucune explication n’a été officiellement fournie au limogeage de M. Mbaye, 60 ans, technocrate et ex-banquier qui était en poste depuis 17 mois et a été remercié en même temps que son équipe.
Dans cette équipe figurait déjà Mme Touré, 50 ans, diplômée en économie, membre du parti présidentiel, l’Alliance pour la République (APR), et proche de Macky Sall.
Autres personnalités célèbres du gouvernement sortant: le chanteur Youssou Ndour, qui gérait le Tourisme, et l’écologiste Haïdar El Ali, qui était ministre de l’Environnement.
Quelques heures après l’annonce du limogeage d’Abdoul Mbaye et de son gouvernement, Mme Touré a été reçue au Palais présidentiel. C’est en sortant qu’elle a annoncé à la presse avoir été nommée Premier ministre.
Elle est la deuxième femme à occuper ce poste au Sénégal après Mame Madior Boye, qui avait été chef de gouvernement de mars 2001 à novembre 2002.
Surnommée par la presse locale Mimi Touré – Mimi étant un diminutif d’Aminata au Sénégal -, elle est diplômée en économie. Formée dans son pays et en France, elle a notamment travaillé pour des agences de l’ONU et a été une des responsables de la campagne électorale de Macky Sall.
Elle a salué “le très bon travail accompli” par Abdoul Mbaye, premier chef de gouvernement de l’ère post-Abdoulaye Wade (2000-2012). Ce dernier avait été battu par Macky Sall au second tour de l’élection présidentielle en mars 2012.
Aminata Touré s’est engagée à marquer son mandat par “l’accélération des actions qui ont été entreprises depuis l’année dernière”. Il s’agit d'”une course pour le développement, pour l’amélioration des conditions d’existence” des Sénégalais “dans un contexte international marqué par la crise”, a-t-elle dit.
Affaire Habré et “traque des biens mal acquis”
Mme Touré a eu à gérer des dossiers importants en 17 mois de pouvoir de Macky Sall, notamment l’affaire Hissène Habré, ex-président tchadien réfugié au Sénégal depuis 1990, et celle de l’enrichissement illicite présumé de responsables de l’ancien régime, appelée “traque des biens mal acquis”.
Dans le cadre de cette “traque”, Karim Wade, fils, ex-conseiller et ex-ministre d’Abdoulaye Wade, a été inculpé par une juridiction spéciale et est incarcéré depuis le 15 avril à Dakar.
Dans le même cadre, plusieurs responsables du parti de Wade ou de son régime – dont l’ex-mari de Mme Touré, l’ancien ministre Oumar Sarr – ont aussi été entendus par la gendarmerie ou la justice, tandis que plusieurs “opérateurs économiques” soupçonnés de malversations ont préféré “faire des transactions avec l’Etat”, en remboursant des fonds publics, pour éviter des poursuites.
Hissène Habré est accusé de crimes contre l’humanité, crimes de guerre et torture durant ses huit ans de pouvoir au Tchad (1982-1990). Dakar et l’Union africaine (UA) ont signé en décembre 2012 un accord pour la création au Sénégal d’un tribunal spécial en vue de le juger. Il a été arrêté le 30 juin et inculpé le 2 juillet, dans l’attente de son jugement.
Aminata Touré a entamé des consultations dimanche soir pour former son gouvernement, attendu pour les prochaines heures, avec pour mission de sortir de la crise le Sénégal, dont la majorité des quelque 13 millions d’habitants font face à la vie chère.
© 2013 AFP

2. Sénégal: un nouveau gouvernement pour faire face à la grogne sociale
Dakar (AFP) – 03.09.2013 20:16 – Par Malick Rokhy BA
En nommant l’une de ses proches à la tête du nouveau gouvernement, le président sénégalais Macky Sall tente de répondre aux attentes de ses compatriotes, déçus par la lenteur des réformes socio-économiques promises à son élection triomphante.
“Avec la formation du nouveau gouvernement, le président Macky Sall montre qu’il a bien perçu le message des populations”, explique à l’AFP un responsable de la coalition présidentielle, Malick Mbaye.
“Il a compris que la cadence doit être accélérée en termes de réalisations et de satisfaction des préoccupations des Sénégalais”, reconnaît-il.
Selon lui, “le niveau de satisfaction des populations est relativement bas” après 17 mois de pouvoir du président Sall, élu fin mars 2012 face à Abdoulaye Wade qui était au pouvoir depuis douze ans.
Macky Sall a limogé dimanche le Premier ministre et ex-banquier Abdoul Mbaye, un technocrate, remplacé par Aminata Touré, une responsable de l’Alliance pour la République (APR), le parti présidentiel. Mme Touré a formé lundi son équipe.
“Nous comprenons l’impatience des Sénégalais. Nous allons essayer (d’obtenir) rapidement des résultats tout en étant réaliste” car le Sénégal est un pays pauvre, a-t-elle dit mardi dans une brève déclaration lors de la passation de pouvoirs avec son prédécesseur.
Essoufflement rapide
Abdoul Mbaye avait été nommé en avril 2012 pour s’attaquer aux “urgences sociales” mais a été victime d’un “essoufflement et d’une usure rapides”, juge l’analyste Babacar Justin Ndiaye.
“Tout est urgent” dans le pays, déclarait après son élection triomphante en 2012 le président Sall, traduisant les difficultés quotidiennes des Sénégalais: coût de la vie, chômage, coupures d’électricité…
Mais après 17 mois de présidence Sall (il a pris ses fonctions en avril 2012), de plus en plus de Sénégalais estiment que les réformes promises tardent à se concrétiser.
Le pouvoir a plusieurs fois annoncé des mesures de baisse des prix de denrées de première nécessité comme le riz, l’huile et le lait, sans impact sur le coût de la vie, qui reste toujours élevé.
Les coupures d’électricité récurrentes, décriées sous le régime de M. Wade, se poursuivent et des inondations ont frappé ces deux dernières années Dakar et plusieurs villes de provinces.
Une équipe plus politique
“Les Sénégalais sont déçus. Ils sont découragés et sont en attente de la concrétisation des promesses mirobolantes faites par le candidat Macky Sall”, a affirmé à la presse l’opposant Modou Diagne Fada.
Le gouvernement mis en place lundi renforce aussi le parti présidentiel, principale formation de la coalition au pouvoir.
Une équipe plus politique
Au nom du slogan présidentiel “la patrie avant le parti”, l’ancien gouvernement comptait des responsables des différents partis composant la majorité présidentielle, avec également des représentants de la société civile, comme le chanteur Youssou Ndour.
Avec Aminata Touré, c’est “un Premier ministre politique qui est à la tête d’une équipe politique”, résume Babacar Justin Ndiaye.
L’APR “s’impose dans le (nouveau) gouvernement”, avec une quinzaine de ministres, écrit mardi le quotidien privé L’Observateur, qui y voit “la satisfaction d’une doléance exprimée au plus sommet du parti” présidentiel.
La formation de la nouvelle équipe obéit à la volonté d'”appliquer pleinement le programme du président, qui a le souci d’être réélu (à la présidentielle de 2017) et de garder intact sa popularité qui est en train de s’effilocher”, estime Babacar Justin Ndiaye.
Selon cet analyste, le nouveau gouvernement a également été mise en place “en prévision” des prochaines élections régionales, municipales et rurales prévues en mars 2014, qui seront un test majeur pour le chef de l’Etat.
Macky Sall avait été élu le 25 mars 2012 avec plus de 65% des suffrages, se félicitant d’être devenu ainsi “le président le mieux élu d’Afrique”.
Mais selon de nombreux observateurs, son parti, créé en novembre 2008, n’a pas encore une large représentation ni de forte assise dans le pays.
“Nous avons dans le pays une majorité plurielle avec une coalition de coalitions et des tiraillements, des télescopages d’ambitions et d’agenda. L’APR a souhaité une redistribution des rôles et des cartes” à son profit, juge encore M. Ndiaye.
© 2013 AFP

Senegals Präsident setzt gesamte Regierung ab
1. September 2013, 20:17 http://derstandard.at/r652/Afrika
Ex-Justizministerin Toure wird neue Ministerpräsidentin
Dakar – Senegals Präsident Macky Sall hat seiner gesamten Regierung den Laufpass gegeben. Ohne Angabe von Gründen setzte der Staatschef am Sonntag den seit 17 Monaten amtierenden Ministerpräsidenten Abdoul Mbaye sowie das Kabinett mit sofortiger Wirkung ab. Zur neuen Regierungschefin des westafrikanischen Landes ernannte Sall die ehemalige Justizministerin Aminata Toure.
Die 50-jährige Toure ist die zweite Frau, die in der Geschichte Senegals den Posten an der Spitze der Regierung übernimmt. Sie würdigte die “sehr gute Arbeit” ihres Vorgängers Mbaye seit dessen Ernennung im April 2012. Der ehemalige Bankier war der erste Regierungschef nach dem Ende der Ära von Staatspräsident Abdoulaye Wade, der zwischen 2000 und 2012 an der Spitze des Landes gestanden hatte. Wade hatte im März 2012 bei der Präsidentenwahl gegen Sall verloren. (APA, 1.9.2013)

2. Senegal: eine neue Regierung, um mit der sozialen Unruhe umzugehen
Dakar (AFP) – 03.09.2013 20.16 Uhr – von Malick Rokhy BA
Mit der Ernennung eines seiner Nahen an die Spitze der neuen Regierung versprach der senegalesische Präsident Macky Sall, die Erwartungen seiner Landsleute zu beantworten zu versuchen, die durch das langsame Tempo der sozioökonomischen Reformen seit seinem Wahltriumph enttäuscht sind.
“Mit der Bildung der neuen Regierung will Präsident Macky Sall zeigen, dass er die Botschaft von den Menschen erhalten hat”, sagte der AFP gegenüber ein Beamter der Präsidentschafts- Koalition , Malick Mbaye .
” Er verstand, dass das Tempo beschleunigt werden muss in Bezug auf Erfolge und Zufriedenheit der Senegalesen”, gesteht er .
Ihm zufolge “ist der Grad der Zufriedenheit der Bevölkerung relativ gering ” nach 17 Monaten von Präsident Sall, der Ende März 2012 gegen Abdoulaye Wade , der an der Macht war für zwölf Jahre, gewählt worden war.
Macky Sall hatte Sonntag …. siehe Artikel 1.
Kurzer Atem
Der entlassene Premier Abdoul Mbaye wurde im April 2012 ernannt, um den “sozialen Notfall” zu behandeln, aber war ein Opfer von “Kurzatmigkeit und schneller Abnutzung”, urteilt Analyst Babacar Justin Ndiaye .
“Alles ist dringend” in dem Land , sagte nach seiner triumphalen Wahl im Jahr 2012 Präsident Sall , „was die täglichen Schwierigkeiten der senegalesischen Menschen betrifft: Lebenshaltungskosten , Arbeitslosigkeit, Stromausfälle …“
Aber nach 17 Monaten der Präsidentschaft Sall (er trat sein Amt im April 2012 an) glauben mehr und mehr Senegalesen, dass die versprochenen Reformen auf sich warten lassen werden.
Die Autoritäten haben wiederholt Maßnahmen zur Senkung der Preise für Grundnahrungsmittel wie Reis , Öl und Milch getroffen, aber ohne Auswirkungen auf die Entwicklung der Lebenshaltungskosten , die hoch bleiben.
Wiederkehrende Stromausfälle, unter Herrn Wade verschrien, gibt es weiterhin und Überschwemmungen haben in den letzten zwei Jahren Dakar und mehrere Provinzstädte getroffen.
“Die Senegalesen sind enttäuscht worden . Sie sind entmutigt wegen des Wartens auf die Realisierung der fabelhaften Versprechungen des Kandidaten Macky Sall”, sagte der Pressesprecher der Gegner, Modou Diagne Fada .
Die neue Regierung vom Montag verstärkt auch die Partei des Präsidenten , die wichtigste Formation der Regierungskoalition .
Ein politisches Team
Im Namen des Präsidenten-Slogan “Vaterland vor der Partei” war die ehemalige Regierung von verschiedenen Parteien der Präsidentschafts- Mehrheit gebildet worden, auch mit Vertretern der Zivilgesellschaft wie Sänger Youssou Ndour .
Mit Aminata Toure (aus der Präsidentenpartei APR) kommt “eine politische Premierministerin an der Spitze eines politischen Teams , sagt Babacar Justin Ndiaye .
Die APR “dominiert in der (neuen) Regierung”, mit fünfzehn Minister, schrieb Dienstag die private Tageszeitung L’ Observateur , die darin ” die Zufriedenstellung einer Beschwerde an der Spitze der Partei“ sieht.
Die Bildung des neuen Teams gehorcht dem Willen “der vollständigen Umsetzung des Programms des Präsidenten, der den Wunsch hat , wieder gewählt zu werden ( für das Präsidentenamt im Jahr 2017 ) und seine Popularität behalten will, die sich aufzulösen beginnt” , sagte Justin Babacar Ndiaye .
Nach Angaben der Analysten wurde die neue Regierung auch geplant ” in Erwartung ” der künftigen regionalen , kommunalen und ländlichen Wahlen für März 2014, die ein wichtiger Test für die Spitze des Staates sein werden.
Macky Sall wurde am 25 März 2012 mit mehr als 65 % der Stimmen gewählt und nannte sih erfreut “der bestgewählte Präsident in Afrika. ”
Doch nach Ansicht vieler Beobachter hat seine Partei, die im November 2008 gegründet wurde, noch nicht breite Vertretung oder starke Basis im Land.
“Wir haben in dem Land eine pluralistische Mehrheit mit einer Koalition von Koalitionen und viel Gezerre , mit Teleskop- Ambitionen und -Agendas. APR wollte eine Neuverteilung der Rollen und Karten zu seinem Vorteil, meint Ndiaye .
© 2013 AFP

Leave a Reply