SÜDAFRIKA: 200 BERGLEUTE IN ILLEGALER GOLDMINE EINGESCHLOSSEN – Afrique du Sud: 200 mineurs enfermés dans une mine d’or illégale à Benoni

Mehr als 200 Arbeiter in illegaler Mine in Südafrika eingeschlossen
bannergold 240-17016.02.2014, Deutsche Welle Afrika, http://www.dw.de/themen/afrika/s-12324
Die Goldminen Südafrikas gelten als gefährlich. Immer wieder ereignen sich Unglücke, wenn illegal geschürft wird. Diesmal sind mehr als 200 Männer verschüttet worden.
DEUTSCHER ARTIKEL WEITER UNTER DEM FRANZÖSISCHEN

=> MORE SÜDAFRIKA – AFRIQUE DU SUD in AFRIKANEWS ARCHIV
=> MORE WIRTSCHAFT – ECONOMIE in AFRIKANEWS ARCHIV

Afrique du Sud: les premiers mineurs coincés sont secourus  
Johannesburg (AFP) – 16.02.2014 17:36 – Par Susan NJANJI
Onze premiers mineurs ont été sortis dimanche d’une mine d’or illégale de la banlieue de Johannesburg où des dizaines de mineurs, plus de 200 selon certaines informations, auraient été pris au piège depuis la veille.

Un mineur est secouru de la mine d'or illégale de Benoni, banlieue de Johannesburg, le 16 février 20
Rettung eines Bergmannes aus der illegalen Goldmine in Benoni; Südafrika
Un mineur est secouru de la mine d’or illégale de Benoni, banlieue de Johannesburg, le 16 février 2014
afp.com – Alexander Joe

“Nous en avons secouru onze jusqu’à présent, la plupart ne présentent pas de blessures apparentes mais ils font l’objet d’un examen médical”, a déclaré à l’AFP Russel Meiring, membre de l’organisation de secours d’urgence privée ER24.
Un photographe et un vidéaste de l’AFP ont vu les onze sortir à l’aide d’une échelle descendue dans le puits par les sauveteurs.
Ceux-ci ont oeuvré plusieurs heures dimanche à l’aide d’équipements lourds pour accéder aux victimes, une trentaine au moins, peut-être plus de 200, restés coincées dans la mine d’or d’une banlieue est de Johannesburg.
“Nous sommes entrés en communication avec une trentaine de mineurs coincés. Ils nous dit qu’il y en avait 200 autres en dessous d’eux”, a déclaré à l’AFP au début des opérations Werner Vermaak, porte-parole de l’organisation privée de secours d’urgence ER24.
Il n’a pas été en mesure de confirmer par lui-même la présence des 200 autres mineurs et des responsables municipaux n’ont de leur côté corroboré que le chiffre d’une trentaine de personnes prises au piège.
Les mineurs étaient descendus samedi dans la mine exploitée illégalement, creusée derrière un stade de cricket du quartier de Benoni, dans le district d’Ekurhuleni.
Ils n’avaient pas pu ressortir en raison de la chute d’un bloc de rocher et de gravats qui ont bloqué l’issue du puits avant l’intervention d’engins.
De l’eau et de la nourriture avaient été descendues à l’aide d’une corde dans un premier temps.
“Un mort est un mort de trop”
L’alerte a été donnée par des policiers en patrouille. Ils ont été informés par un passant qui avait entendu des cris en provenance du sous-sol.
Aucune enquête n’a été ouverte, a déclaré la police, mais les mineurs devraient être placés en état d’arrestation pour avoir opéré clandestinement. Selon les sauveteurs, les premiers rescapés ont été remis aux policiers après leur examen médical.
Les accidents de mines sont relativement fréquents en Afrique du Sud, un pays riche en minerais et dont les mines sont les plus profondes du monde, qu’elles soient exploitées légalement ou non.
Huit mineurs au moins ont été retrouvés morts il y a deux semaines après un incendie provoqué par une secousse tellurique dans une mine d’or à l’ouest de Johannesburg.
En juillet 2009, neuf travailleurs avaient été tués par une chute de pierres dans une mine de platine. La même année, 82 personnes qui cherchaient de l’or dans un puits désaffecté avaient été tuées par un incendie.
La ministre des Mines, Susan Shabangu, avait déploré jeudi dernier le nombre élevé de victimes dans les mines, y compris dans le secteur formel, où quatorze morts ont été enregistrés depuis le début de l’année.
“Un mort est un mort de trop”, a-t-elle dit.
Selon les estimations d’une commission d’enquête parrainée par le gouvernement, les accidents de mine ont fait 69.000 morts en Afrique du Sud au XXe siècle.
Le nombre d’accidents a toutefois chuté ces dernières années dans le secteur. Les chiffres donnés par les syndicats font état de 112 morts en 2012.
La production d’or a baissé progressivement au cours des quarante dernières années, l’Afrique du Sud passant du premier au sixième rang mondial avec plus de 167 tonnes extraites en 2012.
Le secteur minier sud-africain est par ailleurs agité depuis le 23 janvier par une grève pour augmentation de salaire qui mobilise quelque 80.000 mineurs employés par les trois premiers producteurs mondiaux de platine.
© 2014 AFP

– AFRIKANEWS ARCHIV –
jetzt auch auf
FACEBOOK

Mehr als 200 Arbeiter in illegaler Mine in Südafrika eingeschlossen
16.02.2014, Deutsche Welle Afrika, http://www.dw.de/themen/afrika/s-12324
Die Goldminen Südafrikas gelten als gefährlich. Immer wieder ereignen sich Unglücke, wenn illegal geschürft wird. Diesmal sind mehr als 200 Männer verschüttet worden. Unklar ist, ob es Tote oder Verletzte gab.
In einer stillgelegten Goldmine in Benoni nahe Johannesburg sind nach einem Stolleneinbruch mehr als 200 illegale Arbeiter eingeschlossen worden. Zu etwa 30 der Männer, die sich nicht in großer Tiefe befänden, gebe es Kontakt, berichtete ein Sprecher der Rettungskräfte dem Nachrichtensender eNCA. “Sie haben uns gesagt, dass noch tiefer in der Erde 200 weitere Menschen sind”, sagte er. Von unabhängiger Seite lasse sich das aber nicht bestätigen.
Die Männer sind danach am Samstag in die Mine eingestiegen. Ein abgebrochener Felsbrocken versperre ihnen den Weg an die Oberfläche. Passanten hatten die Polizei alarmiert, weil sie Schreie aus der Mine hörten. “Wir versuchen alles, um sie zu retten”, sagte ein örtlicher Bergungsexperte.
Minenunglücke keine Seltenheit
Die Rettungskräfte setzten schweres Gerät ein, um zu den Eingeschlossenen vorzudringen. Zahlreiche Rettungsfahrzeuge standen bereit, um gegebenenfalls Verletzte in Krankenhäuser zu bringen. Vor Ort war auch ein ambulantes Hospital.
In Südafrika suchen Tausende von Menschen illegal in verlassenen Minen nach Edelmetallen. Vor zehn Tagen starben in einer noch betriebenen Goldmine westlich von Johannesburg acht Bergarbeiter nach einem Brand. Sie waren nach dem Ausbruch des Feuers in einer Tiefe von etwa 1700 Metern gefangen. 2009 waren bei einem Brand in einer stillgelegten Goldmine mindestens 82 Menschen getötet worden, als sie dort trotz Verbot nach dem Edelmetall schürften.
gmf/qu (afp, dpa, rtr)

Leave a Reply