TUNESIEN, REBELLION (Part III): NACH RÜCKTRITT BEN ALIs – Apres la fuite de Ben Ali

Des Tunisiens manifestent devant le ministère de l'Intérieur à Tunis le 14 janvier 2011
Foto (c) AFP: Demonstration vor dem tunesischen Innenministerium, Tunis, 14. Januar 2011
Des Tunisiens manifestent devant le ministère de l’Intérieur à Tunis le 14 janvier 2011

=> PART I , 03.01.2011 – 10.01.2011: TUNESIEN: SELBSTVERBRENNUNGEN GEGEN ARMUT, PROTESTE, POLIZEIGEWALT (Part I) – Tunisie: tensions pour les adieux à Mohamed Bouazizi, qui s’était immolé par le feu
=> PART II, 12.01.2011 – 13.01.2011: TUNESIEN, REBELLION UND REPRESSION (Teil II) – Tunisie, la révolte (Part II): un régime touche à sa fin

=> PART IV 24.01. – 30.01.

1. Tunesiens Präsident Ben Ali gibt auf
Tunesien | 15.01.2011 | Deutsche Welle World
Nach massiven Protesten der Bevölkerung ist der tunesische Machthaber Ben Ali zurückgetreten. Ministerpräsident Mohammed Ghannouchi übernahm die Macht. Über das Land wurde der Ausnahmezustand verhängt.
23 Jahre hat er sein Land autoritär regiert, nun ist Zine el Abidine Ben Ali nicht mehr Präsident von Tunesien. Er selbst habe die Macht im Lande übernommen, teilte der tunesische Ministerpräsident Mohammed Ghannouchi am Freitagabend im Staatsfernsehen mit. Ben Ali selbst verließt zusammen mit Familienangehörigen das Land per Flugzeug. Nach offiziellen Angaben des saudischen Königshauses landete die Maschine am frühen Samstagmorgen (15.01.2011) in Saudi Arabien.
Den ganzen Tag über hatten in den Straßen der Hauptstadt Tunis zehntausende Menschen gegen den 74-jährigen Präsidenten und seine Regierung demonstriert. Die Polizei ging mit Tränengas gegen die Protestierer vor…….

2. HINTERGRUND: Ben Ali und die Macht des Internet
Thomas Pany 14.01.2011 | telepolis
Update: Der tunesische Staatspräsident Ben Ali hat infolge der Proteste das Land verlassen, zuvor hatte er die Regierung entlassen, Neuwahlen angekündigt und den Ausnahmezustand verhängt.
3. Offener Brief zur „Jasminrevolte“, 14.01.2011
vom deutsch-tunesischen Politikwissenschaftler Ghassan Abid
Nach dem Sturz folgt die eigentliche Herausforderung!
in diesen Wochen erlebt Tunesien ein wie noch nie zuvor bekannten Schrei nach Freiheit, Gerechtigkeit und Selbstbestimmung. Die einstigen Brotunruhen von 1984 erweisen sich in Anbetracht der aktuellen Proteste als überhaupt nicht vergleichbar. Die Präsidentschaft von Zine el-Abidine Ben Ali, welche seit 1987 bestand und nun 24 Jahre andauerte, stand längst nicht mehr im Einklang mit dem Willen des tunesischen Volkes. Die Wahlergebnisse von rund 90 Prozent in den Jahren 2009 oder 2004 ließen mehr Verwunderung als Bewunderung gegenüber dem nach Frankreich geflüchteten Staatsoberhaupt aufkommen.
Das tunesische Volk hat nun endlich die Voraussetzungen für seine eigene Zukunft erkämpfen können…..

4. Die “Jasminrevolution”: eine Warnung an die autoritären arabischen Regime
La “Révolution du jasmin”: un avertissement aux régimes arabes autoritaires
LE CAIRE (AFP) – 15.01.2011 11:13
Der aktuell in Kairo kursierende Witz zeigt den Ton der “arabischen Straße”: “Das Flugzeug von Ben Ali ist in Charm el-Cheikh (Residenz des ägyptischen Präsidenten Mubarak am Roten Meer) angekommen. Aber nicht, um zu bleiben, sondern um mehr Passagiere aufzunehmen!”
5. Angesichts des Chaos, versuchen die neuen tunesischen Führer die Wiederherstellung der Ordnung
TUNIS (AFP) – 2011.01.15 11.53
Die neuen tunesischen Führer, mit Gewalt und Plünderungen konfrontiert, versuchten Samstag, die Kontrolle über die Situation in Tunesien am Rande des Chaos nach dem Abgang des ehemaligen Präsidenten Zine El Abidine Ben Ali nach Saudi-Arabien wieder zu erlangen.
6. Tunesier mobilisieren, sich zu schützen vor Nahrungsmittelknappheit
TUNIS (AFP) – 15/01/2011 09.06
Viele Tunesier haben Bürgerwehr-Ausschüsse gebildet Samstag auf ihrer Nachbarschaft, um sich gegen Plünderer zu verteidigen, nach der Vermehrung der Plünderung und Angriffen in den Provinzen und der Hauptstadt, wo Vorräte zur Neige gehen.
7. Tunesien: Präsident verspricht einen “totalen Bruch”, weiter Proteste
TUNIS (AFP) – 2011.01.19 09.39
Der Übergangs- Präsident Fouad Mebazaâ verpflichtete sich Mittwoch zu “ein vollständiger Bruch mit der Vergangenheit”, während Tausende von Tunesier erneut den Abzug der ehemaligen Regimeleute in der provisorischen Regierung gefordert haben, die schon geschwächt ist durch den Abzug einer Oppositionspartei.
8. Tunesien: Staatstrauer, allgemeine Amnestie und Erholung im Gange
TUNIS (AFP) – 20/01/2011 20.15
Die tunesische Regierung hat erklärt Donnerstag drei Tage Staatstrauer “im Gedenken an die Opfer” von “Jasmine Revolution”, verabschiedete einen Entwurf für ein Amnestiegesetz und verordnete die Wiederaufnahme des Unterrichts an Schulen und Hochschulen “nächste Woche. “
9. Der Bruder des “Märtyrer” der “Jasmine Revolution” verweigert Geld vom Golf
Sidi Bouzid (Tunesien) (AFP) – 20/01/2011 07.59
“Ich habe zwei Angebote erhalten aus Saudi-Arabien und Jemen, 10.000 Euro für den Stand von Obst und Gemüse von meinem Bruder, aber ich will nicht verkaufen”, sagte der AFP Salem, Bruder von Mohammed Bouazizi, dem “Märtyrer” für die Sache der Revolution von Jasmin in Tunesien.

DEUTSCHE TEXTE WEITER UNTER DEM LETZTEN FOTO (PLAN REGIERUNGVIERTEL TUNIS)

1er ARTICLE SUR HUIT: Ben Ali a quitté la Tunisie, le Premier ministre assure l’intérim
TUNIS (AFP) – 15.01.2011 00:15
Carte de la Tunisie, localisation des heurts, chronologie des évènementsJournée historique en Tunisie: le président Zine El Abidine Ben Ali, a fui vendredi son pays après 23 ans de règne sans partage, devenant ainsi le premier dirigeant d’un pays arabe à quitter le pouvoir sous la pression de la rue.
Il est arrivé dans la nuit de vendredi à samedi à Jeddah en Arabie saoudite, a-t-on appris de source saoudienne, après avoir quitté Tunis au terme d’un mois d’une contestation populaire, que les Tunisiens ont eux-mêmes appelée “Révolution du jasmin”, et qui a été réprimée dans le sang au prix de plusieurs dizaines de morts.

290_108471_vignette_liberation290_108473_vignette_liberte
Die allerersten Titelseiten 15.01.2011 “Liberation” (Paris) und “Liberte” (Algerien)
Les toutes premieres “Une” de samedi 15 janvier….

Quasi-simultanément, Mohammed Ghannouchi, Premier ministre sortant, a annoncé dans la soirée à la télévision qu’il assurait l’intérim de la présidence jusqu’à nouvel ordre. Il a précisé qu’il assumait ces fonctions de président par intérim en vertu d’un décret signé par M. Ben Ali avant son départ.
Sur un ton grave, il a aussitôt lancé un appel à l’unité: “j’appelle les Tunisiens toutes sensibilités politiques et régionales confondues à faire preuve de patriotisme et d’unité”. Il s’est également engagé à respecter la Constitution.
Deux dirigeants de l’opposition – Mustapha Ben Jaafar, chef du Forum démocratique pour le travail et les libertés (FDTL, légal), et Néjib Chebbi, chef historique du Parti démocratique progressiste (PDP, légal) – ont déclaré vendredi soir à l’AFP être prêts à collaborer avec M. Ghannouchi.
“C’est (Ben Ali) le premier chef d’état arabe amené à fuir le pouvoir sous la pression populaire”, a rappelé Zaki Laidi, directeur de recherche à l’Institut d’études politiques de Paris, sur France 24, soulignant: “c’est quand même un événement colossal dans une région du monde qui se caractérise par une longévité non démocratique des régimes”.
Selon une source proche du gouvernement français, Paris “ne souhaitait pas” la venue sur son sol de M. Ben Ali, expliquant notamment cette position par le risque de mécontentement de la communauté tunisienne dans l’ex-puissance coloniale.
Paris a pris “acte de la transition constitutionnelle” en Tunisie. Le président Barack Obama a salué le “courage et la dignité” du peuple tunisien et appelé, tout comme Londres, le gouvernement à organiser des élections “libres et justes” dans “un proche avenir”, tandis que l’Union européenne se prononçait pour une solution démocratique “durable”.
En France, des Tunisiens ont laissé éclater une joie teintée de prudence: “Il était temps”, “Enfin!”, “C’est tout le système qui doit partir”.
Au Caire, des dizaines d’Egyptiens ont rejoint un groupe de Tunisiens célébrant le départ de Ben Ali, appelant l’Egypte à suivre l’exemple de la Tunisie.
A Tunis, sous couvre-feu, des tirs d’armes automatiques ont résonné en début soirée avant de cesser totalement vers 22H00 GMT. Les habitants étaient cloîtrés chez eux dans une ville quasiment déserte et silencieuse.
De nombreux habitants à Tunis et en province ont lancé des appels par le biais de la télévision demandant à l’intervention urgente de l’armée pour les protéger de bandes qui pillaient vendredi soir en dépit du couvre-feu.
De nombreux témoins imputent ces violences à des miliciens du parti au pouvoir, mécontents de la fuite de M. Ben Ali.
Depuis jeudi, le président multipliait, sans succès, les annonces pour tenter de mettre un terme à un mois d’émeutes et manifestations, violemment réprimées.
Des dizaines de personnes ont été tuées, suscitant les vives inquiétudes de la communauté internationale.
Les manifestants exigeaient toujours le départ immédiat de Ben Ali, ne se satisfaisant pas de ses promesses de quitter le pouvoir au terme de son mandat en 2014.
Et vendredi, les choses se sont accélérées.
Le gouvernement a décrété l’état d’urgence dans l’ensemble du pays avec un couvre-feu de 18H00 à 06H00, l’interdiction des rassemblements et l’autorisation pour l’armée et la police de tirer sur tout “suspect” refusant d’obéir aux ordres.
Un peu plus tôt, le Premier ministre, cité par l’agence officielle TAP, avait indiqué que le président avait décidé “dans le cadre de mesures (d’apaisement) annoncées jeudi, de limoger le gouvernement et d’appeler à des élections législatives anticipées dans six mois”.
Ces annonces n’ont pas altéré la détermination des manifestants.
De violents heurts ont opposé dans l’après-midi manifestants et policiers anti-émeutes lors lesquels un photographe français a été blessé à la tête par une grenade lacrymogène.
La révolte contre le pouvoir avait débuté après le suicide mi-décembre de Mohamed Bouazizi, un des nombreux diplômés chômeurs du pays, empêché d’exercer comme marchand ambulant par les forces de l’ordre. Les émeutes ont progressivement pris un tour politique, se sont étendues à tout le pays et gagné la capitale.
© 2011 AFP

Un policier tire des gaz lacrymogènes sur des manifestants dans une rue de Tunis le 14 janvier 2011
Foto (c) AFP: Un policier tire des gaz lacrymogènes sur des manifestants dans une rue de Tunis le 14 janvier 2011
Polizist schiesst Tränengas, Tunis, 14. Januar

2. Le film des évènements en Tunisie
TUNIS (AFP) – 15.01.2011 00:21
Voici le film des événements survenus vendredi en Tunisie où, à la suite d’un mois d’une crise sociale et politique sans précédent marquée par une répression sanglante, le président Ben Ali a fui le pays:

– Des milliers de manifestants se rassemblent dès le matin à Tunis et en province –Sidi Bouzid et Regueb (centre-ouest), Kairouan (centre)– aux cris de “Ben Ali dehors”.

– Le ministre tunisien des affaires étrangères Kamel Morjane estime possible la formation d’un gouvernement d’union nationale.

– Dans l’après-midi, à Tunis, les manifestants sont dispersés par la police à coups de grenades lacrymogènes. Des heurts violents opposent manifestants et policiers anti-émeutes. Un photographe français est blessé à la tête par un tir de gaz lacrymogène.

– Des blindés de l’armée se déploient devant les ministères de l’Intérieur, des Affaires étrangères et devant la Télévision et radio nationales.

– Ben Ali limoge son gouvernement dans le cadre de mesures d’apaisement annoncées la veille et appelle à des législatives anticipées dans six mois, déclare le Premier ministre Mohammed Ghannouchi, qui indique avoir été chargé de former le nouveau gouvernement.

– Des voyagistes rapatrient des milliers de touristes européens. Air France annule ses vols à destination et à partir de Tunis.

– L’état d’urgence est décrété dans tout le pays. L’armée contrôle l’aéroport de Tunis qui est fermé.

– Le chef du Parti communiste des ouvriers de Tunisie (PCOT, interdit), Hamma Hammami, interpellé mercredi, est libéré.

– Les principaux partis d’opposition tunisiens, légaux comme interdits, demandent “le départ de Ben Ali et l’instauration d’un gouvernement provisoire chargé dans les six mois d’organiser des élections libres”, dans une déclaration publiée à Paris.

– Le Premier ministre Mohammed Ghannouchi annonce à 17H00 GMT à la télévision qu’il assure l’intérim de la présidence en remplacement de Zine El Abidine Ben Ali, qui a quitté le pays après 23 ans de pouvoir.

Il lance un appel à l’unité des Tunisiens, toutes sensibilités confondues et assure que la Constitution sera respectée.

– Selon la Fédération internationale des ligues de droits de l’homme (FIDH), 66 personnes ont été tuées depuis le début mi-décembre des émeutes. En outre jeudi, 13 civils ont été tués à Tunis et sa banlieue et 2 autres à Kairouan, selon des témoins et des sources médicales.

La destination finale du président Ben Ali reste une inconnue, tandis que son pays vient de tourner une page de son histoire et que les Tunisiens célèbrent le départ d’un dirigeant à la poigne de fer au pouvoir depuis 23 ans. FIN DE NOTRE DIRECT.

22h55 – “Bonne décision” – Refuser d’accueillir Ben Ali “est une bonne décision. Si la France l’avait accueilli, elle aurait brisé la confiance des Tunisiens”, estime Skander Bousnina, un expert comptable de 35 ans, qui manifeste près de l’ambassade de Tunisie à Paris. Mais Abir Bouslahi, 20 ans, étudiante en droit, “aurait voulu que Sarkozy le dise lui-même”.

22h35 – Appel de Bruxelles – L’Union européenne se prononce pour une solution démocratique “durable” en Tunisie et appelle au calme.

22h28 – “Apaisée” – L’UMP “prend acte de la décision du peuple tunisien et du départ du président Ben Ali” et son secrétaire général Jean-François Copé “forme des voeux pour que le calme revienne rapidement en Tunisie et qu’une transition démocratique apaisée puisse avoir lieu”.

22h25 – Décret – Le Premier ministre Mohammed Ghannouchi assume ses fonctions de président par intérim en vertu d’un décret signé par Ben Ali avant son départ, selon l’agence officielle TAP. Cette précision ne figurait pas dans la version initiale de l’annonce.

22h14 – “Une honte” – “Avec une centaine de morts ces derniers jours, c’est une honte si la France l’accueille. Nous voulons qu’il retourne en Tunisie pour être jugé par les Tunisiens”, lance Sara Gharbi, jeune femme de 25 ans enveloppée dans un drapeau tunisien à l’aéroport du Bourget. Des rumeurs non confirmées ont fait état de l’arrivée du président tunisien dans cet aéroport.

22h12 – Coup de chapeau américain – Barack Obama salue le “courage et la dignité” du peuple tunisien après la fuite du président Ben Ali, et appelle le gouvernement à organiser des élections “libres et justes” dans “un proche avenir”, selon la Maison Blanche.

22h10 – Persona non grata – La France “ne souhaite pas” la venue sur son sol du président tunisien en fuite, indique-t-on de source proche du gouvernement, expliquant notamment cette position par le risque de mécontenter la communauté tunisienne dans l’hexagone.

22h05 – En Egypte – Des dizaines d’Egyptiens se joignent au Caire à un groupe de Tunisiens qui célébrent le départ de Ben Ali, appelant l’Egypte à suivre l’exemple de la Tunisie. “Ecoutez les Tunisiens, c’est votre tour les Egyptiens”, scandent les manifestants, qui se sont précipités devant l’ambassade de Tunisie.

21h35 – Etau – “On peut se demander pourquoi un pays comme la France n’a pas donné plus tôt les signes nécessaires pour que cet étau se desserre. Quoi qu’il en soit, les Tunisiens se sont libérés eux-mêmes”, déclare Marielle de Sarnez, vice-présidente du MoDem.

21h30 – A l’ambassade à Paris – Quelque 200 personnes sont réunies près de l’ambassade de Tunisie dans le VIIe arrondissement de Paris. “Il est parti, tant mieux! Il était temps. Il a volé beaucoup d’argent”. déclare Abdel Bensalah, 50 ans, un épicier, originaire de Tunis. La police interdit aux manifestants l’accès à la rue de l’ambassade.

21h26 – Le Bourget sous surveillance – Présence policière inhabituelle à l’aéroport du Bourget. Une vingtaine de personnes manifestent, certaines portant le drapeau tunisien sur les épaules. Un car de police blanc circule à proximité de l’aérogare, aux abords duquel une dizaine de policiers en uniforme sont visibles.

21h18 – Transparence – Le maire socialiste de Paris, Bertrand Delanoë, né à Tunis et qui a gardé de nombreuses attaches en Tunisie, appelle à la tenue d'”élections transparentes”, estimant sur France 2 que c’est “ce qui compte pour l’avenir des Tunisiens”.

21h17 – Tunis vide – Les rues du centre de la capitale tunisienne sont désertes, hormis la présence de policiers anti-émeute, selon un journaliste de l’AFP.

21h12 – Retours en Allemagne – Le voyagiste Thomas Cook Allemagne annonce le retour vendredi d’environ 230 touristes, parmi les quelque 2.000 se trouvant en Tunisie qu’il compte rapatrier.

21h10 – Fin de la rencontre – La réunion à l’Elysée consacrée à la Tunisie entre le président Nicolas Sarkozy et le Premier ministre François Fillon a pris fin, après une heure cinq de discussions.

21h05 – Porter plainte – “Si Ben Ali vient en France, nous porterons plainte. Nous demanderons son arrestation immédiate et sa traduction en justice pour les crimes commis contre son peuple”, déclare un mouvement d’opposition en exil, le Comité pour le respect des libertés et des droits de l’Homme en Tunisie.

20h55 – Aucune demande – La France “n’a reçu aucune demande d’accueil” du président tunisien en fuite et examinerait toute éventuelle requête “en accord avec les autorités constitutionnelles tunisiennes”, fait savoir le ministère des Affaires étrangères.

20h57 – Larmes sportives – “On a pleuré sur le terrain”, racontent les handballeurs tunisiens en Suède après avoir appris en plein match contre la France le départ de Ben Ali. La partie avait commencé par une minute de silence en hommage aux victimes des troubles. C’est au cours de la seconde mi-temps qu’ils ont finalement appris la nouvelle, avec “soulagement”.

20H47 – Alitalia – La compagnie italienne suspend “pour des raisons de sécurité” tous ses vols en direction et en provenance de la Tunisie jusqu’au 17 janvier inclus. Elle a en revanche assuré tous les vols prévus ce vendredi.

20h40 – “Fier d’être Tunisien” – “Ce qui se passe est historique: un chef arabe tombe sous la pression de son peuple, on peut être fier d’être Tunisien”, lance Kamel Yousfi qui manifeste sa joie avec ses compatriotes à Marseille.

20h37 – Souhait d’apaisement – “La France souhaite l’apaisement et la fin des violences. Seul le dialogue peut apporter une solution démocratique et durable à la crise actuelle”, et “la France se tient aux cotés du peuple tunisien dans cette période décisive”, ajoute l’Elysée.

20h32 – Paris “prend acte” – “La France prend acte de la transition constitutionnelle” en Tunisie, “annoncée par le Premier ministre Ghannouchi”, selon un communiqué de l’Elysée.

20h28 – Ni Malte, ni l’Italie – “Ben Ali ne vient pas à Malte et le gouvernement n’a aucune indication qu’il viendra à Malte”, a déclaré le chef de la diplomatie maltaise, Tonio Borg.Des rumeurs ont aussi fait état de son arrivée en Italie, mais le ministère italien des Affaires étrangères les a qualifiées d'”infondées”.

20h25 – Querelle d’interprétation – Un constitutionnaliste, Sadok Belaïd, estime sur la télévision El Jazira, que, selon la Constitution, c’est le président de la chambre des députés, Fouad Mebazaa, et non le Premier ministre qui aurait dû assurer l’intérim de la présidence.

20h19 – RSF se réjouit – “Un prédateur de la liberté de la presse s’en va”, se réjouit Reporters sans frontières (RSF), pour qui le départ de Ben Ali “doit entraîner une rupture totale avec les années de répression”.

20h10 – “Transition démocratique” – Martine Aubry, première secrétaire du PS, estime que “le départ du président Ben Ali doit permettre la transition démocratique” et demande à la France de “s’engager sans ambiguité en faveur de la démocratie en Tunisie”.

20h05 – “Ben Ali s’est enfui” – Après l’entrée en vigueur du couvre-feu à Tunis, un homme s’est aventuré hors d’un hôtel de l’avenue Bourguiba, criant “le peuple s’est soulevé et Ben Ali s’est enfui”. Il a été ramené manu militari à l’intérieur par des policiers des unités anti-émeutes.

20h01 – Vers le nord – L’avion de Zine El Abidine Ben Ali survolait peu avant 19H00 GMT l’espace aérien maltais “en direction du nord”, selon un porte-parole du ministère maltais des Affaires étrangères.

19h55 – Réunion au sommet – Nicolas Sarkozy et François Fillon sont en réunion à l’Elysée pour parler de la situation en Tunisie, et “aucune information n’atteste la venue de Ben Ali en France”, affirme la présidence française.

19h50 – Tirs – Des tirs d’armes automatiques sont entendus dans le centre de Tunis sous couvre-feu, selon des journalistes de l’AFP.

19h43 – Touristes bloqués – Le voyagiste Thomas Cook Belgique suspend le rapatriement de 540 clients en vacances en Tunisie. Un premier avion a ramené à Bruxelles 180 touristes vendredi matin. Deux autres vols étaient prévus dans la journée, mais ils ont été annulés.

19h42 – Le PS inquiet – “La plus mauvaise issue serait que le peuple tunisien se libère d’un régime autoritaire pour que cette liberté nouvelle lui soit confisquée par un autre régime autoritaire”, s’inquiète le porte-parole du PS français, Benoît Hamon.

19h37 – Transavia – La filiale low-cost d’Air France-KLM, Transavia, maintient pour l’heure ses vols du week-end au départ ou en provenance de Tunisie. “Tant que les aéroports ne sont pas tous fermés, nous préférons maintenir ces vols pour permettre de rapatrier les passagers en France”, indique son PDG Lionel Guérin.

19h32 – Réaction américaine – Le peuple tunisien “a le droit de choisir ses dirigeants”, déclare la Maison Blanche.

19h20 – Joie au Canada – Le Collectif de solidarité tunisien de Montréal, organisateur de plusieurs manifestations contre le pouvoir de Ben Ali, se dit “heureux” de son départ.

19h16 – Réformes – Le président par intérim promet de “mettre en oeuvre toutes les réformes sociales et politiques qui ont été annoncées en collaboration avec les partis politiques et les composantes de la société civile”.

19h14 – “Pas d’information” – L’Elysée affirme à l’AFP n’avoir “pas d’information” sur une éventuelle arrivée en France de Ben Ali.

19h12 – Respecter la Constitution – Mohammed Ghannouchi s’engage à “respecter la Constitution”.

19h04 – Air France – Tous les vols d’Air France à destination de Tunis sont annulés jusqu’à nouvel ordre, ainsi que les sept vols prévus au départ de l’aéroport tunisien samedi et dimanche, d’une capacité totale de quelque 1.100 passagers.

18h57 – Appel à l’unité – Le président par intérim Mohammed Ghannouchi appelle tous les Tunisiens à l’unité.

18h49 – Aéroports fermés – Les principaux aéroports tunisiens sont fermés, mais l’espace aérien est encore officiellement ouvert, rendant possible le survol du pays, selon un porte-parole des autorités de sécurité aérienne françaises.

18h45 – INTERIM – Le Premier ministre Mohammed Ghannouchi annonce à la télévision qu’il assure l’intérim de la présidence.

18H37 – BEN ALI QUITTE LE PAYS – Le président Ben Ali a quitté la Tunisie, selon des sources proches du gouvernement.

18h34 – Marchés inquiets – L’agence de notation Fitch Ratings annonce qu’elle envisage d’abaisser la note de la Tunisie (actuellement fixée à “BBB”) au vu des troubles sociaux qui, s’ils se prolongeaient, pourraient avoir des “conséquences négatives” sur l’économie du pays.

18h26 – Bandeau – L’information qu’une “annonce très importante” sera faite “sous peu” est apparue sur le bandeau qui déroule les informations nationales et internationales alors que Tunis7 diffusait un documentaire.

18h18 – Les sportifs aussi – Une minute de silence en hommage aux victimes des troubles est observée avant le match entre la Tunisie et la France lors du Championnat du monde de handball, à Kristianstad, en Suède.

18h17 – Partis d’opposition – Les principaux partis d’opposition tunisiens, légaux comme interdits, demandent “le départ de Ben Ali et l’instauration d’un gouvernement provisoire chargé dans les six mois d’organiser des élections libres” dans une déclaration commune publiée à Paris.

18h12 – Annonce imminente – La télévision publique indique qu’une “annonce très importante pour le peuple tunisien sera faite sous peu”.

La crise en Tunisie s’accélère: la contestation prend la forme d’un affrontement entre la population, qui poursuit et amplifie ses manifestations, et le pouvoir, qui a décrèté l’état d’urgence. SUIVRE NOTRE DIRECT.
© 2011 AFP

De jeunes Tunisiens déploient leur drapeau national alors qu'ils défilent dans Nice le 15 janvier 2Manifestations de joie après la chute de Ben Ali en Tunisie, le 15 janvier 2011 à Paris
Fotos (c) AFP: Solidaritätsdemonstrantionen von Tunesiern in Nizza und Paris

3. La “Révolution du jasmin”: un avertissement aux régimes arabes autoritaires
LE CAIRE (AFP) – 15.01.2011 11:13
La chute du président tunisien Ben Ali sous la pression de la rue constitue un avertissement pour les régimes autoritaires qui dominent le monde arabe, face à des populations en proie à des problèmes souvent proches de ceux des Tunisiens, soulignent des spécialiste
Une blague qui circule au Caire donne le ton de la “rue arabe”: “L’avion de Ben Ali est arrivé à Charm el-Cheikh (résidence du président égyptien Hosni Moubarak sur la mer Rouge), pas pour y rester, mais pour embarquer plus de passagers !”.
La “Révolution du jasmin” tunisienne “est le premier soulèvement populaire de ce genre qui parvient à renverser un chef d’Etat dans un pays arabe. Cela peut se révéler une source d’inspiration ailleurs dans la région”, estime Amr Hamzawi, du centre pour le Proche-Orient de la fondation américaine Carnegie. “Les ingrédients que l’on trouve en Tunisie sont aussi présents ailleurs”, du Maroc à l’Algérie, de l’Egypte à la Jordanie, qu’il s’agisse du chômage, de la répression policière ou des entraves à la démocratie, souligne-t-il.
L’exemple tunisien montre aussi que le changement peut aussi venir des sociétés arabes elles-mêmes. “Il n’y a pas eu besoin d’une invasion comme en Irak. C’est une énorme leçon pour les régimes autocratiques”, souligne-t-il. “L’écho de cet événement sans précédent dans le monde arabe se fera entendre sans aucun doute dans plus d’un pays de la région”, estimait lui aussi samedi le journal libanais An-Nahar.
Dès vendredi soir des dizaines d’Egyptiens se sont joints au Caire à un groupe de Tunisiens qui célébraient devant leur ambassade le départ du président Zine El Abidine Ben Ali après 23 ans de règne. “Ecoutez les Tunisiens, c’est votre tour les Egyptiens”, scandaient les manifestants.
“La politique au Moyen-Orient déborde souvent facilement d’un pays à l’autre, en raison des frontières poreuses et de la culture partagée”, relève Bilal Saab, chercheur à l’université du Maryland (est des Etats-Unis).
En Algérie, voisine de la Tunisie, des émeutes meurtrières ont aussi eu lieu en janvier sur fond de hausse des prix de produits alimentaires de base.
En Jordanie, des milliers de personnes ont manifesté vendredi dans plusieurs villes pour protester contre le chômage et l’inflation, mais aussi réclamer la chute du gouvernement.
Mais même si le message venu de Tunisie est perçu haut et fort dans le reste du monde arabe, son impact à court terme et les risques de contagion restent difficiles à évaluer, soulignent certains spécialistes.
Les incertitudes qui pèsent encore sur la transition tunisienne incitent aussi à la prudence, font-ils valoir. “Le message tunisien est très fort. Mais savoir si ce qui s’y est passé peut se reproduire ailleurs, en Algérie ou en Egypte par exemple, reste difficile”, estime Amr al-Chobaki, de l’institut Al-Ahram du Caire. Le risque de voir les islamistes tirer profit de changements politiques est aussi largement invoqué par ces gouvernements. La capacité d’adaptation des régimes autoritaires arabes pour survivre ne doit pas non plus être sous-estimée, souligne M. Chobaki.
La Tunisie, relève-t-il, est un pays où le régime ne laissait “aucune marge à la société civile ou à l’opposition”, alors qu’en Egypte le système sait ménager de petites soupapes “qui permettent aux gens de se défouler” et de “retarder une explosion sociale”. Pour Claire Spencer, chef du programme Moyen-Orient/Afrique du Nord de l’institut Chatham House à Londres, la possibilité que l’Algérie suive une évolution à la tunisienne “reste un grand point d’interrogation”.
“La capacité des régimes arabes à reprendre l’initiative après avoir connu des épreuves est redoutable”, a souligné pour sa part sur la chaîne France 24 Zaki Laïdi, directeur de recherches à Sciences-Po Paris.
© 2011 AFP

Des manifestants affrontent la police à Tunis, devant le ministère de l'Intérieur, le 14 janvier 20
Foto (c) AFP: Des manifestants affrontent la police à Tunis, devant le ministère de l’Intérieur, le 14 janvier 20
Demonstranten gegen Polizei vor dem Innenministerium in Tunis

4. Face au chaos, les nouveaux dirigeants tunisiens tentent de rétablir l’ordre
TUNIS (AFP) – 15.01.2011 23:53
Les nouveaux dirigeants tunisiens, confrontés aux pillages et violences, tentaient samedi de reprendre le contrôle de la situation en Tunisie au bord du chaos après la fuite de l’ancien président Zine El Abidine Ben Ali en Arabie Saoudite.
Dans Tunis et sa banlieue, où plusieurs quartiers avaient été soumis vendredi soir à la loi des pilleurs, souvent identifiés par plusieurs témoins comme étant des partisans et des policiers du régime de M. Ben Ali, des habitants tentaient samedi de s’organiser en comités de défense.
Imed Trabelsi, neveu de l’épouse de l’ex président tunisien Zine El Abidine Ben Ali, a succombé samedi à une blessure à l’arme blanche à l’hôpital militaire de Tunis
Le principal syndicat du pays, l’Union générale des travailleurs tunisiens (UGTT) a appelé samedi soir sur la télévision nationale à la formation de comités de vigiles “pour que les gens puissent se défendre eux-mêmes”.
Juste après l’entrée en vigueur du couvre-feu, le centre de Tunis était totalement désert, commerces et cafés étant fermés. Seule la présence de la police était visible.
Par ailleurs, un manque de vivres a commencé à se faire sentir à Tunis. De nombreux citoyens ont appelé l’armée à organiser la réouverture de boulangeries et d’épiceries, les restrictions à la circulation et le pillage de nombreux dépôts ayant désorganisé les circuits de distribution des denrées de première nécessité.
Sur le front politique, le Conseil constitutionnel tunisien a proclamé samedi “la vacance définitive du pouvoir” et la nomination de Foued Mebazaa, président du Parlement, au poste de président de la République par intérim. Ce dernier a ensuite prêté serment.
Ce nouveau retournement de situation, fondé sur l’article 57 de la Constitution, est intervenu à la demande de Mohammed Ghannouchi, Premier ministre sortant, nommé vendredi président par intérim après la fuite de M. Ben Ali et qui ne sera resté que 24 heures à ce poste.
L’article 57 prévoit des élections présidentielle et législatives dans un délai de 60 jours.
Dans la matinée, Foued Mebazaa a affirmé que “tous les Tunisiens sans exception et sans exclusive” seraient associés au processus politique et a promis de consacrer le pluralisme et la démocratie.
M. Mebazaa a également annoncé que M. Ghannouchi était toujours chargé de former un nouveau gouvernement, ajoutant que “l’intérêt supérieur du pays nécessite un gouvernement d’union nationale”.
M. Ghannouchi a commencé dans l’après-midi à sonder les partis et les représentants de la société civile sur les réformes politiques visant à rompre avec le système de M. Ben Ali.
Un large éventail de personnalités ont défilé au Palais du gouvernement où elles ont été reçues séparément, a déclaré à l’AFP Mustapha Ben Jaffar, chef du Forum démocratique pour le travail et les libertés.
A Londres où il vit en exil, le chef du parti islamiste tunisien Ennhadha, Rached Ghannouchi, a déclaré qu’il préparait son retour dans son pays et qu’il était favorable à la formation d’un gouvernement d’union nationale. “L’intifada tunisienne a réussi à faire tomber la dictature”, a-t-il déclaré à l’AFP.
Sur le terrain, les Tunisois ont découvert dans les premières heures de la journée un spectacle de désolation: voitures volées abandonnées dans les rues, boutiques et résidences de luxe incendiées, propriétés de la famille de Ben Ali et de son épouse Leïla particulièrement ciblées, destruction de portraits de l’ex-président.
Et le réflexe de peur, hérité de 23 années de suppression des libertés, paralyse encore de nombreux Tunisiens pour témoigner à visage ouvert devant la presse.
Après 23 ans de règne sans partage, Zine El Abidine Ben Ali, 74 ans, s’est enfui après un mois de manifestations sans précédent contre son régime qui ont embrasé le pays et fait des dizaines de morts, tombés sous les balles des forces de l’ordre.
Les proches de l’ancien président présents en France n’ont “pas vocation à rester” sur le sol français et vont “le quitter”, a déclaré à la radio France Info le porte-parole du gouvernement français, François Baroin.
Des proches de M. Ben Ali, dont sa fille Nesrine, séjournent en France depuis jeudi, veille du départ du président déchu pour l’Arabie saoudite.
La ministre française des Affaires étrangères, Michèle Alliot-Marie, s’est prononcée pour l’organisation en Tunisie d'”élections libres dans les meilleurs délais”, dans une interview à l’hebdomadaire Le Journal du Dimanche.
Seul parmi les responsables arabes, le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi a apporté un soutien appuyé au président tunisien déchu, estimant que Zine El Abidine Ben Ali était “toujours le président légal de la Tunisie”.
Dans un discours à l’adresse du peuple tunisien diffusé par les médias d’Etat libyens, le colonel Kadhafi a déclaré: “Vous avez subi une grande perte”, “Il n’y a pas mieux que Zine pour gouverner la Tunisie”.
© 2011 AFP

VEREIDIGUNG- Prestation de serment de Foued Mebazaa le 15 janvier 2011 à Tunis
Prestation de serment de Foued Mebazaa le 15 janvier 2011 à Tunis5. Les Tunisiens se mobilisent pour se protéger, les vivres manquent
TUNIS (AFP) – 15.01.2011 21:06
De nombreux Tunisiens ont formé samedi des comités de vigiles pour défendre leurs quartiers face aux pillards, après la multiplication des mises à sac et des agressions en province et dans la capitale, où les vivres commencent à manquer.
Magasin pillé à Den Den, près de Tunis, le 15 janvier 2011
Dans le même temps, la violence a reflué, selon un porte-parole officiel et les journalistes de l’AFP, qui n’ont pas relevé dans la soirée de tirs ou de signes d’incendie dans le centre de Tunis.
Un strict couvre-feu y est appliqué et le dispositif de sécurité a vidé le centre de toute circulation pendant la journée où de rares piétons se sont aventurés et où les commerces, cafés et banques sont restés fermés.
Mais quelques appels au secours, lancés par des habitants de quartiers du sud de Tunis qui réclamaient la venue de l’armée après avoir observé des mouvements suspects, ont été relayés par les télévisions,
“Mes fils passent la nuit sur le toit à guetter tout mouvement suspect”, a déclaré à l’AFP par téléphone un habitant de Mornag, à 16 km au sud de Tunis, qui comme beaucoup de Tunisiens s’est mobilisé pour se protéger.
Dans le village de Sidi Bouzid au nord de Tunis, l’armée a demandé à de jeunes vigiles de ne pas se faire trop visibles avant d’admettre leur présence dans la rue, à condition qu’ils soient habillés de blanc pour être facilement identifiés, a témoigné un habitant.
Le puissant syndicat, l’Union générale des travailleurs tunisiens (Ugtt), a invité dans un communiqué ses structures et ses adhérents à se joindre ou à encadrer les comités de vigiles.
Ces comités se sont multipliés en province, selon différentes sources.
Des Tunisiens armés de barres de métal et de bâtons à un check-point de La Gazella, près de Tunis, l
Par ailleurs, un manque de vivres a commencé à se faire ressentir dans la capitale au point que de nombreux citoyens ont demandé à l’armée d’organiser au moins la réouverture de boulangeries et d’épiceries.
“J’ai passé la journée avec une famille nombreuse et on n’a eu qu’un repas”, a déclaré un cadre du nord de la ville, joint par téléphone.
“J’ai passé la journée à me tourner les pouces, incapable de satisfaire les demandes des clients”, a déclaré Salah Ben Zekhri qui tint un petit commerce près de la banlieue de Radès, au sud de la capitale.
Des journalistes de l’AFP ont vu de longues files se former devant les rares boulangeries ouvertes dans plusieurs quartiers de la banlieue nord.
Un grand hôtel de Tunis, où logent des journalistes, a indiqué commencer à ressentir un manque d’approvisionnement. “La cuisine n’a pas été livrée depuis une semaine, on vit sur les réserves et on a commencé à fabriquer notre pain”, a dit à l’AFP un responsable de cet établissement.
Les restrictions à la circulation et le pillage de nombreux dépôts ont désorganisé les circuits de distribution des produits de première nécessité.
Les autorités se veulent toutefois rassurantes mais elles ont admis un “certain manque” de carburants dans les stations-service, et affirmé travailler pour y remédier.
© 2011 AFP

6. Tunisie: le président promet une “rupture totale”, les manifestations se poursuivent
TUNIS (AFP) – 19.01.2011 21:39
Le président de transition, Foued Mebazaa, s’est engagé mercredi à “une rupture totale avec le passé”, alors que des milliers de Tunisiens ont de nouveau exigé le retrait des figures de l’ancien régime du gouvernement provisoire, affaibli par le départ d’un parti d’opposition.
Quatre ministres – trois syndicalistes et le président du Forum démocratique pour le travail et les libertés (FDTL) ont démissionné du gouvernement d’union nationale, formé lundi, en raison de la présence de caciques du parti du président déchu Zine El Abidine Ben Ali aux postes clés du gouvernement.
“Je m’engage à ce que le gouvernement de transition conduise une rupture totale avec le passé”, a déclaré mercredi soir M. Mebazaa à la télévision d’Etat.
Il s’agissait de de sa première intervention publique depuis qu’il assure l’intérim de la présidence, samedi, au lendemain de la fuite du président déchu en Arabie saoudite, après un mois de révolte populaire sans précédent.
Le président s’est engagé à “satisfaire toutes les aspirations légitimes du soulèvement pour que se réalise cette révolution de la liberté et de la dignité”.
Il a notamment promis une prochaine “amnistie générale”, la “liberté totale d’information”, “l’indépendance de la justice” et la “la séparation entre l’Etat et le parti”, en référence au Rassemblement constitutionnel démocratique (RCD) de Ben Ali, symbole de corruption et de répression dont des manifestants exigent chaque jour depuis vendredi le bannissement de la vie politique.
La manimise de membres du RCD sur les postes clés du gouvernement (Intérieur, Défense, Affaires étrangères, Finances, notamment) avait provoqué la démission mardi des trois ministres issus de l’Union générale des travailleurs tunisiens (UGTT), puis celle mercredi d’un chef de l’opposition.
“Il nous est impossible de participer à un gouvernement qui intègre des symboles de l’ancien régime”, a répété mercredi le secrétaire général de la centrale, Abdessalem Jrad.
“La composition du gouvernement ne donne pas le message clair qu’attendait le peuple, qui a perdu de nombreux martyrs, il n’y a pas eu de rupture totale avec le passé, nous le regrettons”, a déclaré à l’AFP Mustapha Ben Jaafar, dirigeant du FDTL, qui avait été nommé ministre de la Santé dans le nouveau gouvernement.
A Tunis, des unités anti-émeutes de la police ont étroitement encadré une manifestation de quelque 2.000 personnes, dont des islamistes, dans le centre ville, mais ne sont pas intervenus pour les disperser, selon des journalistes de l’AFP. Aucun incident ne s’est produit à Tunis.
“Nous voulons un nouveau Parlement, une nouvelle constitution et nouvelle République”, ont scandé les manifestants, qui s’en sont pris au Rassemblement constitutionnel démocratique (RCD), le parti du président déchu Ben Ali. “RCD out”, proclamait une banderole.
“Peuple! révolte-toi contre les partisans de Ben Ali!”, ont crié les manifestants.
Des manifestations identiques ont rassemblé des milliers de personnes en province, notamment à Sidi Bouzid, Regueb, Kasserine, et Thala. Ces localités, dans le centre du pays, ont été au coeur de la “Révolution du jasmin” qui en un mois d’émeutes populaires a balayé le régime autocratique de Ben Ali.
Ce soulèvement a fait, selon le gouvernement, 78 tués et 94 blessés. Mais le Haut commissaire aux droits de l’homme des Nations unies, Navi Pillay, a donné mercredi un bilan d’au moins 100 morts.
Trois partis d’opposition non reconnus sous le régime du président déchu ont par ailleurs été légalisés durant les trois derniers jours: Tunisie Verte (écologique) d’Abdelkader Zitouni, le Parti socialiste de gauche de Mohamed Kilani et le Parti du travail patriotique et démocratique tunisien, d’Abderrazek Hammami.
Le journaliste et opposant tunisien emprisonné Fahem Boukadous, condamné le 6 juillet à quatre ans de prison ferme, a aussi été libéré mercredi, selon son épouse.
Dans le même temps, l’Arabie Saoudite où l’ancien dictateur a trouvé refuge lui a interdit toute activité politique liée à la situation en Tunisie qu’il a fuie le 14 janvier après 23 ans de règne sans partage.
La justice tunisienne a par ailleurs ouvert une enquête judiciaire contre Ben Ali et sa famille pour des transactions financières “illégales”.
La Suisse, emboîtant le pas à la France, a décidé de bloquer les éventuels fonds en Suisse de l’ex-président et de sa famille, qui avaient mis la Tunisie en coupe réglée.
Un sommet de la Ligue Arabe, qui s’est par ailleurs ouvert en Egypte, devait se pencher sur les suites de la révolte populaire qui a secoué la Tunisie depuis la mi-décembre mais le ministre tunisien des Affaires étrangères Kamel Morjane a quitté la ville de Charm el-Cheikh sans y prendre part.
En Algérie, en Egypte, et en Mauritanie, des tentatives d’immolation par le feu se sont multipliées, suivant le précédent du suicide d’un jeune Tunisien le 17 décembre dans le centre du pays, qui avait marqué le début des émeutes.
© 2011 AFP

Des unités anti-émeutes lors d'une manifestation à Tunis le 19 janvier 2011
Foto (c) AFP: Des unités anti-émeutes lors d’une manifestation à Tunis le 19 janvier 2011
Einheiten der Bereitschaftspolizei bei einer Demonstration in Tunis 19. Januar 2011

7. Tunisie: deuil national, amnistie générale et reprise des cours en vue
TUNIS (AFP) – 20.01.2011 20:15
Le gouvernement tunisien de transition a décrété jeudi un deuil national de trois jours “en mémoire des victimes” de la “Révolution de jasmin”, adopté un projet de loi d’amnistie générale et décidé la reprise des cours dans les écoles et universités “la semaine prochaine”.
Dans la journée, des manifestants qui craignent de se faire confisquer une révolution de rue violemment réprimée par la police de l’ancien président Zine El Abidine Ben Ali (au moins 100 morts selon l’ONU), ont continué de réclamer la démission du gouvernement.
Ils protestaient contre la présence de nombreux ministres issus du régime déchu de Ben Ali, qui a fui le pays le 14 janvier après 23 ans de pouvoir autoritaire, sous la pression de la rue.
Pendant ce premier conseil des ministres de l’après Ben Ali, l’exécutif provisoire a également décidé que l’Etat prendrait possession des “biens mobiliers et immobiliers du Rassemblement constitutionnel démocratique” (RCD), le parti du président déchu.
“Un projet de loi d’amnistie générale a été adopté par le Conseil des ministres, qui a décidé de le soumettre au Parlement”, a déclaré à l’AFP le ministre du Développement, Ahmed Néjib Chebbi. “Le mouvement Ennahdha sera concerné par l’amnistie générale”, a précisé le ministre de l’Enseignement supérieur Ahmed Ibrahim.
Interdit et persécuté par le régime policier de Ben Ali, qui se targuait auprès de l’Occident d’être un rempart contre l’islam radical, Ennahdha avait annoncé mardi qu’il allait demander sa légalisation.
Signe important du retour vers un fonctionnement normal de la vie du pays, le gouvernement a décidé la reprise des cours “la semaine prochaine” dans les écoles et universités du pays.
Offrant un nouveau gage de démocratisation, le gouvernement a supprimé la police politique des universités, traditionnels foyers d’agitation contre le pouvoir, “en application du principe de l’inviolabilité des campus”.
“A partir de demain, la commission chargée de préparer les élections commencera à travailler. Il y a des lois à écrire, d’autres à revoir, dans un esprit de concertation avec toutes les tendances et toutes les sensibilités, sans aucune exception”, a aussi déclaré Ahmed Ibrahim, chef du parti Ettajdid (ex-communiste).
Selon la Constitution tunisienne, les élections présidentielle et législatives doivent avoir lieu dans un délai de deux mois, en cas de vacance du pouvoir. Mais le Premier ministre a indiqué qu’elles auraient lieu “d’ici six mois”.
A Tunis, un millier de manifestants ont été autorisés pour la première fois à protester devant le siège de l’ancien parti au pouvoir, aux cris de “RCD out”. “Le peuple veut la démission du gouvernement”, scandaient-ils en brandissant des pancartes proclamant, comme la veille: “On n’a plus peur de vous, traîtres !”.
“Je suis avec vous. On ne va pas tirer sur vous, l’essentiel c’est que le rassemblement soit pacifique”, leur a lancé un colonel de l’armée.
Les manifestants l’ont applaudi, certains ont cueilli des fleurs pour les glisser dans les canons des chars, devant des militaires qui souriaient.
Des fonctionnaires ont déboulonné l’inscription “Rassemblement constitutionnel démocratique”, qui décorait en grandes lettres dorées la façade du siège du parti.
Des Tunisiens contemplaient la scène en la comparant au déboulonnage de la statue de l’ancien dictateur irakien Saddam Hussein, à Bagdad à la chute de son régime en 2003.
Pour tenter de désamorcer la crise de confiance, tous les ministres membres du RCD en ont démissionné. Le RCD a ensuite annoncé la dissolution de son Bureau politique.
Un des huit ministres issus de l’ancien régime, Zouheir M’dhaffer a démissionné du gouvernement au nom de “l’intérêt suprême de la nation”.
Très décrié, M. M’dhaffer est considéré comme l’architecte de la réforme de la Constitution approuvée en 2002 par référendum qui avait supprimé la limitation du nombre de mandats présidentiels et permis à Ben Ali de se maintenir.
Par ailleurs la chaîne publique, citant une “source officielle” non identifiée, a annoncé l’interpellation de 33 membres du clan Ben Ali, en montrant des images de bijoux et cartes bancaires saisies à cette occasion.
Mercredi, la justice avait ouvert une enquête pour “acquisition illégale de biens”, “placements financiers illicites à l’étranger” et “exportation illégale de devises”.
L’Union européenne a approuvé jeudi le principe d’un gel des avoirs du président tunisien déchu et de ses proches.
La France a annoncé mercredi avoir pris “les dispositions nécessaires” pour bloquer d’éventuels “mouvements financiers suspects concernant des avoirs tunisiens en France” du clan Ben Ali-Trabelsi. La Suisse a fait de même.
Enfin, il manquerait bien 1,5 tonne d’or dans les coffres de la Banque centrale de Tunisie (BCT), si l’on en croit l’estimation donnée en décembre par le Conseil mondial de l’or (CMO).
Le CMO évaluait à 6,8 tonnes le stock d’or de la Tunisie, soit précisément une tonne et demi de plus que l’évaluation (5,3 tonnes) donnée mercredi par la banque centrale tunisienne. Celle-ci voulait démentir alors la fuite de la famille de Ben Ali le 14 janvier avec cette quantité d’or.
© 2011 AFP

Un homme manifeste contre le parti de Ben Ali, le 19 janvier 2011 à Tunis
Foto (c) AFP: Ein Mann demonstriert gegen die Partei von Ben Ali, 19. Januar 2011 in Tunis
Un homme manifeste contre le parti de Ben Ali, le 19 janvier 2011 à Tunis

8. Le frère du “martyr” de la “Révolution du jasmin” refuse l’argent du Golfe
SIDI BOUZID (Tunisie) (AFP) – 20.01.2011 19:59
“J’ai reçu deux offres d’Arabie Saoudite et du Yémen, 10.000 euros pour l’étal de fruits et légumes de mon frère, mais je ne le vendrai jamais”, raconte à l’AFP Salem, frère de Mohammed Bouazizi, “martyr” à l’origine de la révolution du jasmin en Tunisie.
“Je préfère le garder en mémoire de mon frère. Un jour peut-être, il sera considéré comme un monument”, espère-t-il.
Mohamed Bouazizi, 26 ans, s’était immolé le 17 décembre devant les bureaux du gouverneur de Sidi Bouzid, à 260 km au sud de Tunis, pour protester contre la saisie musclée par la police de son étal de fruits et légumes qu’il vendait sans permis pour faire vivre les siens.
Son geste de désespoir a été à l’origine de la révolte populaire sans précédent d’un mois qui a provoqué la chute du régime du président Ben Ali, réfugié depuis vendredi en Arabie Saoudite après 23 ans de règne sans partage.
L’étal, partiellement incendié lors du suicide du jeune homme, parsemé d’emballages de fruits brûlés, est soigneusement rangé dans un garage près de la maison familiale.
Le suicide de Mohammed Bouazizi avait été suivi d’au moins quatre autres en Tunisie, dont plusieurs jeunes diplômés sans emploi.
Il a aussi inspiré des jeunes en Algérie, en Egypte et en Mauritanie, reflétant le profond malaise social et politique qui règne dans ces pays.
© 2011 AFP

Plan de Tunis situant les endroits où siège le pouvoir national tunisien (présidence, Parlement, minFoto (c) AFP: Karte von Tunis Hauptquartier angesiedelt, wo die staatliche tunesische Leistung (Präsidentschaft, Parlament, Ministerien, …)

1. Tunesiens Präsident Ben Ali gibt auf
Tunesien | 14.01.2011 + 15.01.2011| Deutsche Welle World
Nach massiven Protesten der Bevölkerung ist der tunesische Machthaber Ben Ali zurückgetreten. Ministerpräsident Mohammed Ghannouchi übernahm die Macht. Über das Land wurde der Ausnahmezustand verhängt.
23 Jahre hat er sein Land autoritär regiert, nun ist Zine el Abidine Ben Ali nicht mehr Präsident von Tunesien. Er selbst habe die Macht im Lande übernommen, teilte der tunesische Ministerpräsident Mohammed Ghannouchi am Freitagabend im Staatsfernsehen mit. Ben Ali selbst verließt zusammen mit Familienangehörigen das Land per Flugzeug. Nach offiziellen Angaben des saudischen Königshauses landete die Maschine am frühen Samstagmorgen (15.01.2011) in Saudi Arabien.
Den ganzen Tag über hatten in den Straßen der Hauptstadt Tunis zehntausende Menschen gegen den 74-jährigen Präsidenten und seine Regierung demonstriert. Die Polizei ging mit Tränengas gegen die Protestierer vor.

Nach dem Rücktritt von Präsident Zine el Abidine Ben Ali gingen die Unruhen in Tunesien in der Nacht zum Samstag (15.01.2011) weiter. Aus der Hauptstadt Tunis wurde von chaotischen Szenen berichtet. Gebäude brannten, es kam zu Plünderungen. Marodierende Banden zogen durch die Straßen.
Augenzeugenberichten zufolge brannte in der Nacht der Zentralbahnhof in Tunis. In mehreren Supermärkten und Wohngebäuden sei ebenfalls Feuer gelegt und auch ein Krankenhaus angegriffen worden, heißt es. Unruhen wurden auch aus anderen Landesteilen gemeldet. Die Behörden verhängten einen Ausnahmezustand und eine nächtliche Ausgangssperre.
Ministerpräsident Mohamed Ghannouchi sprach im tunesischen Staatsfernsehen von einem völligen Chaos. Er riet den Bewohnern von Tunis, sich in Gruppen zusammenzuschließen, um ihre Habe zu schützen. In einem Interview kündigte er an, die Armee verstärkt zur Sicherung der Wohnviertel einzusetzen. Bis zu Neuwahlen wird Ghannouchi das Amt des Interims-Präsidenten ausüben. Er werde sich am Samstag mit den Führern der politischen Parteien treffen, um über das weitere Vorgehen zu beraten, kündigte er an.

Rückkehr des Machthabers “unmöglich”

Eine Rückkehr des bisherigen Machthabers Ben Alis nach Tunesien bezeichnete er als “unmöglich”. Die Proteste im Land, die sich ursprünglich gegen die hohe Arbeitslosigkeit richteten, hatten sich in den vergangenen Tagen immer mehr zu einem offenen Aufstand gegen das Regime Ben Alis entwickelt.
Das Flugzeug des geflohenen Präsidenten traf am Samstagmorgen im saudi-arabischen Dschiddah am Roten Meer ein. Man habe Ben Ali und seine Familie im Königreich willkommen geheißen, meldete die saudische Nachrichtenagentur SPA. Die Regierung Saudi-Arabiens wünsche Tunesien “Sicherheit und Stabilität” und “stehe an der Seite des tunesischen Volkes”, hieß es. Ben Ali hatte nach französischen Medienberichten zuvor versucht, in Paris zu landen. Die französische Regierung habe ihn aber nicht einreisen lassen wollen, berichtete die Zeitung “Le Monde”.
Reiseveranstalter flogen am Freitagabend deutsche Tunesien-Urlauber in die Heimat aus. Erste Maschinen mit Touristen trafen in Düsseldorf und Berlin ein. Wegen des Ausnahmezustands und der Sperrung des tunesischen Luftraums war es zu Flugausfällen gekommen, die die vorzeitige Heimkehr zahlreicher Touristen verzögerten. Reiseveranstalter schätzen, dass mit deutschen Anbietern etwa 7.000 Touristen nach Tunesien geflogen sind.

Touristen werden ausgeflogen

Das Auswärtige Amt in Berlin riet von nicht unbedingt erforderlichen Reisen nach Tunesien ab. Bundeskanzlerin Angela Merkel (CDU) zeigte sich besorgt über die Lage und mahnte eine friedliche Beilegung der sozialen Unruhen an. Die EU-Kommission dringt ebenfalls auf einen friedlichen Wandel in dem Mittelmeerland. “Wir mahnen alle Parteien, Zurückhaltung zu zeigen und Ruhe zu bewahren, um weitere Opfer und Gewalt zu vermeiden”, erklärte die EU-Außenbeauftragte Catherine Ashton am Freitagabend in Brüssel. Der Schlüssel für die weitere Entwicklung sei der Dialog.

“Moment des bedeutenden Wandels”

Auch die USA riefen alle Seiten zur Zurückhaltung auf. Die tunesische Regierung müsse “in diesem Moment des bedeutenden Wandels” das Recht ihres Volkes respektieren, sich friedlich zu versammeln und seine Ansichten zu äußern, erklärte US-Außenministerin Hillary Clinton. Die Vereinigten Staaten verfolgten die rapiden Entwicklungen ganz genau, so die Außenministerin. Sie rief zu freien und fairen Wahlen in naher Zukunft sowie zu Reformen auf.
Autoren: Dirk Eckert, Marko Langer (afp, dapd, dpa, rtr)
Redaktion: Rainer Esser/Frank Wörner, Michael Wehling

2. HINTERGRUND: Ben Ali und die Macht des Internet
Thomas Pany 14.01.2011 | telepolis
Update: Der tunesische Staatspräsident Ben Ali hat infolge der Proteste das Land verlassen, zuvor hatte er die Regierung entlassen, Neuwahlen angekündigt und den Ausnahmezustand verhängt.
Lesen:
http://www.heise.de/tp/r4/artikel/34/34017/1.html

3. Offener Brief zur „Jasminrevolte“, 14.01.2011
vom deutsch-tunesischen Politikwissenschaftler Ghassan Abid
Nach dem Sturz folgt die eigentliche Herausforderung!

Liebe Schwestern und Brüder,
liebe Freunde aus Deutschland, Südafrika und Tunesien,
liebe Leserinnen und Leser von „SÜDAFRIKA – Land der Kontraste“,
liebe Kolleginnen und Kollegen der Blogs und Presse,

in diesen Wochen erlebt Tunesien ein wie noch nie zuvor bekannten Schrei nach Freiheit, Gerechtigkeit und Selbstbestimmung. Die einstigen Brotunruhen von 1984 erweisen sich in Anbetracht der aktuellen Proteste als überhaupt nicht vergleichbar. Die Präsidentschaft von Zine el-Abidine Ben Ali, welche seit 1987 bestand und nun 24 Jahre andauerte, stand längst nicht mehr im Einklang mit dem Willen des tunesischen Volkes. Die Wahlergebnisse von rund 90 Prozent in den Jahren 2009 oder 2004 ließen mehr Verwunderung als Bewunderung gegenüber dem nach Frankreich geflüchteten Staatsoberhaupt aufkommen.
Das tunesische Volk hat nun endlich die Voraussetzungen für seine eigene Zukunft erkämpfen können. Den dritten Präsidenten dieses arabischen Landes muss Tunesien unter Einhaltung der Wahlgrundsätze selbst bestimmen. Jedes geflossene Blut eines jeden Demonstranten, jede Anwendung von Gewalt gegenüber den nach Freiheit strebenden Menschen und jede unterdrückte Meinungsäußerung, haben Tunesien in allererster Linie in die Unabhängigkeit von Ben Ali gebracht. Der 14. Januar 2011 wird als arabisches Gegenstück zum 14. Juli 1789, dem Tag der französischen Revolution, in die Weltgeschichte eingehen.
Nun gilt es den Traum des Volkes – den Ruf nach Demokratie – reibungsfrei über die Bühne zu bringen. Ich spreche zu meinen Mitbürgerinnen und Mitbürgern in Tunesien, meiner Heimat, und plädiere einerseits für den Stopp sämtlicher Proteste. Andererseits fordere ich die tunesische ad interim-Regierung von Mohamed Ghannouchi zum Respekt des tunesischen Volkes auf.

Folgende Kernpunkte erweisen sich für den anstehenden Transformationsprozess als essentiell:
– Keine Übernahme von Ministern und leitenden Regierungsbeamten aus der Ben Ali-Ära in der nächsten Legislaturperiode
– Einsetzung eines „Verständigungsrates“ aus Mitgliedern von Regierung/ Regierungspartei ´Rassemblement Constitutionnel Démocratique (RCD)´, Opposition, Gewerkschaften, Medien, NGOs und Wirtschaft
– Stopp aller Geschäftsverbindungen des Staates zum Trabelsi-Clan, einer Mafia ähnlichen Vereinigung der Frau Ben Ali´s
– Zulassung von unabhängigen Wahlbeobachtern hinsichtlich der Einhaltung von Wahlgrundsätzen (allgemein, unmittelbar, frei, gleich und geheim)
– Errichtung eines „Fonds zur Entschädigung der Opfer der Jasminrevolte“
– Auflegen eines politischen Maßnahmepaktes zur Integration von vor allem akademischen Arbeitslosen
– Staatliche Subvention von Lebensmitteln
– Etablierung einer freien Presse und unabhängigen Justiz
– Wahrung einer kritischen Opposition
– Verfassungsänderungen (nachstehend einige wichtige Artikel):
a) Änderung des Artikels 41 der tunesischen Verfassung, wonach nach der Amtszeit des Präsidenten keine Immunität mehr gelten soll
b) Streichung des Artikels 31 der tunesischen Verfassung, damitder Präsident in den Parlamentsferien nicht mehr eigenständig Gesetze erlassen kann, welche später den Parlamentskammern lediglich zur Billigung vorgelegt müssen
c) Übertragung der Befehlsgewalt über die Armee auf den Verteidigungsminister und nicht wie bisher gem. Art. 44 der tunesischen Verfassung auf den Präsidenten
d) Stärkung der legislativen Befugnisse/ Etablierung eines Verfassungsartikels hinsichtlich eines konstruktiven Misstrauensvotums
– Freilassung sämtlicher politischer Gefangene (auch Islamisten, die noch keine Morde begangen haben). Diese sollen vom Staat im Rahmen eines Fonds zur Rehabilitierung und Sozialisierung betreut werden
– Einsetzung einer unabhängigen Kommission zur Aufdeckung von ins Ausland gebrachten Steuergeldern
– Gründung einer politischen Stiftung zur Förderung der freiheitlich demokratischen Grundordnung in Tunesien, welche den Namen „Mohamed Bouaziz Stiftung“ tragen soll.

Der Kontakt mit meiner Familie in Tunesien – mit Bloggern und Journalisten aus dem In- und Ausland – verdeutlichen mir, dass sich Tunesien auf dem richtigen Weg befindet. Der Zuspruch von Usern aus Südafrika und Deutschland zeigt mir darüberhinaus, dass das tunesische Volk richtig gehandelt hat. Diesen Kurs darf Tunesien nicht aufs Spiel setzen. Auch in Südafrika hinsichtlich der Überwindung der Apartheid und auf dem Gebiet der ehemaligen DDR, im vereinten Deutschland, fanden die Völker den Mut zum Protest für Selbstbestimmung, Freiheit und Demokratie.
Wie sagte mal der französische Philosoph und Aufklärer Denis Diderot:
„Kein Mensch hat von Natur aus das Recht, über andere zu herrschen.“

In Gedanken bei den getöteten Demonstranten und ihren Familien, im Kampf für Freiheit und Demokratie

Dipl.-Pol. Ghassan Abid
Deutsch-tunesischer Diplom-Politikwissenschaftler und
Chefredakteur von „SÜDAFRIKA – Land der Kontraste“
Homepage: http://2010sdafrika.wordpress.com/
Dieser Brief:
http://2010sdafrika.wordpress.com/2011/01/14/offener-brief-an-die-tunesische-nation/

4. Die “Jasminrevolution”: eine Warnung an die autoritären arabischen Regime
La “Révolution du jasmin”: un avertissement aux régimes arabes autoritaires
LE CAIRE (AFP) – 15.01.2011 11:13
Deutsche Übersetzung von Andreas Fecke

Der aktuell in Kairo kursierende Witz zeigt den Ton der “arabischen Straße”: “Das Flugzeug von Ben Ali ist in Charm el-Cheikh (Residenz des ägyptischen Präsidenten Mubarak am Roten Meer) angekommen. Aber nicht, um zu bleiben, sondern um mehr Passagiere aufzunehmen!”

Der Fall des tunesischen Präsidenten Ben Ali unter dem Druck der Straße stellt eine Warnung an die die arabische Welt dominierenden autoritären Regime dar, angesichts ihrer Bevölkerungen, die oft Opfer ähnlicher Probleme wie die Tunesier sind, sagen Experten.
Die tunesische “Jasminrevolution ist die erste Volkserhebung dieser Art, die es schafft, in einem arabischen Land einen Staatschef zu stürzen”. Das kann sich in anderen Ländern der Region als Inspirationsquelle herausstellen”, meint Amr Hamzawi vom Nahostzentrum der amerikanischen Stiftun

0 thoughts on “TUNESIEN, REBELLION (Part III): NACH RÜCKTRITT BEN ALIs – Apres la fuite de Ben Ali”

  1. 1,5 Jahre später, vom Blogautoren:

    Soeben habe ich in meiner Besucherstatistik gesehen, dass jemand von der Universität Trier sehr viel Zeit darauf verwendet hat, die Geschichte der tunesischen Revolution nachzulesen, nach 18 Uhr.
    Mich freut so etwas zutiefst.

    Ich arbeite hier in Richtung dreier Zielgruppen, wenn nicht mehr:
    – Vor allem die “zufälligen” “Neugierigen”, denen ich ein halbwegs afrikanisches Afrikabild nahebringen möchte.
    – Dann die afrikainteressierten Nachrichtenleser, die, wie ich selbst, sich auf die Lektüre von Titeln und Teasern (die ersten Zeilen der Artikel) beschränken.
    – und dann die “Forscher”, die nicht schnell wegschalten und per google woanders suchen, sondern hier in diesem großen Schatz stöbern.

    Leider stelle ich gerade fest, dass mindestens die Hälfte des deutschsprachigen Teils hier oben verloren ging, und damit viel meiner Arbeit.

    Das kann passieren.
    http://www.google.de/language_tools?hl=de
    Kopieren Sie bitte die frz Artikel da hinein und, mit ein bißchen Fantasie, verstehen Sie die Texte.

Leave a Reply