mariam-fr

Vie quotidienne d’enfants en Afrique – Conte illustré , Collage multimédia interactive

Notre chef-d’œuvre ! « Mariam. Un jour dans la vie d’une petite fille africaine. » Une co-production de Reinhild Kim-Bathily (blog partenaire bilingue « Mali-Informationen ») et de moi-même.
Ci-haut, comme hors-d’œuvre, un extrait du milieu d’une très longue collage texte/image, qui déjà existe en imprimé comme un poster de 20*175 cm et apparaîtra bientôt sous forme d’un petit livre de 15 pages (Contact pr commande: afrikanewsarchiv@yahoo.de , prix 18.-/25.- €).
Plus bas, en-dessous de mes mots d’introduction et des remarques techniques dans la petite boîte jaune, vous voyez le plat principal : une collage multimédia interactive, où vous ouvrirez maintes images, petites histoires et explications/informations supplémentaires avec le pointeur de votre souris.

Comment présenter un tel objet avec des paroles ?
Pas du tout, parce qu’il est si beau et qu’il parle pour lui-même ? Mais il représente aussi bien plus de cent heures de travail, et celles-là, je ne les poserais pas sans mot dire et gratuitement dans l’internet, comme un prospectus dans une boîte à lettres.
Avec l’histoire de sa création alors, de la première idée jusqu’à sa finition ? Cette histoire ne serait, j’en suis certain, pas très différente des celles de tout autre petit œuvre d’art. Elle serait, d’autant plus quand deux esprits bien différents se réunissent, une histoire d’obstacles et de succès d’étapes, de tensions et retrouvailles, de déceptions et bonheurs profonds. Cette histoire nous appartient et elle devra rester graver dans nos mémoires, et surtout se manifester dans d’autres créations dans l’avenir.
Et pourtant, il y a une histoire que cette œuvre manifeste à coté de celle qu’il raconte : ce que peut naître, quand deux amours, celui de Reinhild pour le Mali et sa famille là-bas, et le mien pour un tel travail créatif, vont ensembles.

Ainsi, je vais présenter notre Mariam dont l’instar vivant s’appelle Mimi, en parlant des dessous politiques continentaux que j’y vois, et que notre conte illustré évite le plus largement possible, évidemment :

Éditorial du créateur: Notre chouette gamine d’une petite ville malienne, d’un côté elle représente des dizaines de ses sœurs partout en Afrique. Partout géographiquement parlant, malgré ces maintes différences culturelles religieuses, ethniques, micro-économiques et politiques qui font la diversité du continent sans pour autant, comme Mariam le prouve, être le facteur dominant de la petite vie réelle: elle est d’abord un enfant, puis une africaine. C’est plus tard seulement, au cours de leur éducation et de leur socialisation, à travers d’interactions de l’extérieur ou de leurs familles, qu’ils deviendront un….ou une…

D’un autre côté, autant d’enfants vivent autrement qu’elle: d’abord les enfants des élites et des nouvelles couches moyennes urbaines (déjà 30% de la population en Afrique), qui, elles, se sont élevées de la pauvreté. Et puis, malheureusement, tous ces gamins qui doivent vivre dans des zones de guerre ou de famine, ou bien qui s’en enfuient. Ceux qui souffrent la vie dans les bidonvilles des métropoles ou dans des régions rurales extrêmement pauvres. Tous ceux qui se font dérober de leur enfance – un des grands crimes contre l’humanité. Et dans les médias, ce sont eux qui représentent l’Afrique pour nous, non pas les Mariams.

Avec sa petite histoire Mariam nous fait voir que, „même en Afrique“ et dans ses milieux à niveaux de vie bien modestes, une vie normale pour des gamins normaux, cela existe. Dans son pays, plus tard, ce seront l’excision (90%) et la vie de soumission et de dure labeur des femmes qui l’attendent. Fera-t-elle partie de ces jeunes et courageuses femmes, qui poussent leurs sociétés vers le changement?
À la regarder, l’admirer, Mariam en a bien l’air, pas vrai? Et vous, chers lecteurs, pouvez l’y aider. Soutenez des ONGs qui prêtent assistance à des ONGs africaines – à des petites initiatives émancipatrices, à des projets d’entraide ou de développement, à des associations de droits humains, de droits de minorités!
Andreas Fecke

– AFRIKANEWS ARCHIV –
jetzt auch auf
FACEBOOK

IMPORTANT: 1. Faire glisser le pointeur sur l’image, pas trop rapidement, et les hotspots apparaissent. Disparition, lorsque vous le sortez de l’image.

2. => Voici l’original, en taille double.

3. Comme une vidéo youtube vous pouvez intégrer ce collage dans des blogs etc (svp, aussi ces remarques techniques) – en haut à droite „Share“.
4. Des commentaires, ici ou là, ainsi que du courrier lecteur, seront les bienvenus.

– AFRIKANEWS ARCHIV –
jetzt auch auf
FACEBOOK

Leave a Reply