ZENTRALAFRIKA: FRANKREICH VERSTÄRKT TRUPPE AUF 2000 MANN – Paris envoie 400 soldats de plus en Centrafrique et appelle l’ONU à accélérer le mouvement

Einsatz in Zentralafrika – Paris schickt mehr Soldaten
14.02.2014 http://www.tagesschau.de/ausland/
Frankreich verstärkt seine Militärpräsenz in der von Gewalt und Unruhen erschütterten Zentralafrikanischen Republik. Es würden 400 Soldaten zusätzlich in das Land geschickt, teilte der Elysée-Palast mit. Das französische Kontingent in dem Land erhöht sich damit von 1600 auf 2000 Militärs. Ein Teil der Soldaten soll später der geplanten EU-Truppe für Zentralafrika unterstellt werden.
DEUTSCHER ARTIKEL WEITER UNTER DEM FRANZÖSISCHEN

=> => MORE FRANCE in AFRIKANEWS ARCHIV
=> MORE CENTRAFRIQUE – CAR- Zentralafrikanische Republik in AFRIKANEWS ARCHIV

Paris envoie 400 soldats de plus en Centrafrique et appelle l’ONU à accélérer le mouvement
Paris (AFP) – 14.02.2014 18:28 – Par Dominique CHABROL
La France a répondu favorablement à la demande du secrétaire général de l’ONU de déployer plus de troupes en Centrafrique, en annonçant vendredi l’envoi de 400 militaires supplémentaires, qui porteront “temporairement à 2.000” ses effectifs dans ce pays.

Centrafricains à Mbaiki durant un discours du ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, l
Zentralafrikaner in Mbaiki während einer Rede des französischen Verteidigungsministers Le Drian
Centrafricains à Mbaiki durant un discours du ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, le 12 février 2014
afp.com – Fred Dufour

Ban Ki Moon avait demandé lundi à Paris de déployer plus de troupes pour faire face aux violences inter-communautaires qui se poursuivent, notamment en dehors de Bangui.
“Le président de la République a décidé d’y répondre en portant temporairement à 2.000 les effectifs militaires français déployés en Centrafrique”, écrit l’Elysée dans un communiqué, à l’issue d’un Conseil de défense restreint autour de François Hollande.
Selon la présidence, “cet effort supplémentaire de 400 hommes comprend le déploiement anticipé de forces de combat et de gendarmes français qui participeront ensuite à l’opération militaire de l’Union Européenne dès son déploiement”.
Tout en acceptant de renforcer ses effectifs, Paris entend maintenir la pression sur ses partenaires européens et l’ensemble de la communauté internationale, pour qu’ils accentuent leurs efforts, jusqu’à présent très limités, en faveur de la RCA.
La France appelle ainsi le Conseil de sécurité de l’ONU à “accélérer le déploiement d’une opération de maintien de la paix” dans le pays. Elle presse l’Union européenne d'”accélérer le déploiement de la mission EUFOR, y compris la force de gendarmerie européenne”. Paris appelle enfin la communauté internationale “à agir face à l’urgence humanitaire en RCA”, “un devoir impérieux de solidarité”.
La France a déployé début décembre 1.600 hommes dans le pays, mais cet effectif limité, qui agit officiellement en soutien des 6.000 hommes de la force africaine, la Misca, n’a pas permis de faire cesser les violences et le cycle des représailles entre communautés chrétienne et musulmane.
L’augmentation des effectifs français doit notamment permettre aux hommes de l’opération Sangaris de se déployer plus largement en province où les exactions se poursuivent.
Jean-Yves Le Drian s’est rendu mercredi pour la 3e fois en Centrafrique pour faire le point avec les responsables militaires et les autorités de transition centrafricaines. Déplacement à l’issue duquel François Hollande a convoqué un Conseil de défense restreint.
– ‘Un niveau de violence important’ –
Après le départ de la capitale des miliciens de l’ex-Séléka , “on passe à Bangui d’une situation strictement militaire à une situation plus liée à un phénomène de criminalité extrêmement répandue qui génère un niveau de violence important”, souligne-t-on à la Défense.
Paris entend donc développer une force de gendarmerie en RCA. Une cinquantaine de gendarmes français devraient rejoindre la mission européenne EUFOR en train d’être constituée, au côté d’autres gendarmes européens.
Les forces françaises renforceront par ailleurs leur soutien à l’embryon de gendarmerie centrafricaine et à celle de la Misca. Soutien également à la reconstitution de l’appareil judiciaire centrafricain, pour tenter d’enrayer la criminalité.
L’Elysée réclame également “qu’un soutien plus important soit accordé à la mission africaine, pour lui permettre d’être plus mobile”.
Désormais forte de 6.000 hommes, dont environ 1.600 en province, mais sous-équipée, la Misca dispose de très peu de véhicules. Paris appelle donc la communauté internationale, “y compris les Etats-Unis”, souligne-t-on côté Défense, “pour lui permettre de se déployer plus rapidement sur l’ensemble du territoire”.
L’ensemble doit permettre de renforcer le soutien aux autorités de transition centrafricaines, en permettant notamment à la présidente Catherine Samba Panza de se déplacer en province “pour marquer le retour d’une forme d’autorité légitime”.
La force militaire que l’Union européenne a décidé en décembre d’envoyer en Centrafrique doit compter environ 500 militaires, dont un tiers de Français, mais aucune date n’est fixée pour son déploiement sur le terrain.
© 2014 AFP

– AFRIKANEWS ARCHIV –
jetzt auch auf
FACEBOOK

Einsatz in Zentralafrika – Paris schickt mehr Soldaten
14.02.2014 http://www.tagesschau.de/ausland/
Frankreich verstärkt seine Militärpräsenz in der von Gewalt und Unruhen erschütterten Zentralafrikanischen Republik. Es würden 400 Soldaten zusätzlich in das Land geschickt, teilte der Elysée-Palast mit. Das französische Kontingent in dem Land erhöht sich damit von 1600 auf 2000 Militärs. Ein Teil der Soldaten soll später der geplanten EU-Truppe für Zentralafrika unterstellt werden.
Die französische Präsidentschaft rief die internationale Gemeinschaft zugleich zu verstärkten Anstrengungen zur Eindämmung der Gewalt und für humanitäre Hilfe in dem Land auf. Von der UNO verlangte Paris, die Entsendung einer Blauhelm-Truppe zu beschleunigen.
Die Europäische Union wurde ebenfalls aufgerufen, die Entsendung der geplanten Mission EUFOR zu beschleunigen. Die EU will mit einer rund 500 Mann starken Mission die Soldaten der französischen Armee und der afrikanischen Eingreiftruppe MISCA unterstützen, die bereits in dem Krisenstaat im Einsatz sind. Offen ist aber noch, welche EU-Staaten sich an der Mission EUFOR RCA beteiligen, die Anfang März beginnen und sich auf die Hauptstadt Bangui konzentrieren soll.
Bisher haben nur Staaten wie Estland, Finnland und Luxemburg eine Beteiligung mit Soldaten in Aussicht gestellt. Deutschland könnte den Einsatz aber logistisch unterstützen.
Nach monatelangen Unruhen droht die Zentralafrikanische Republik in Chaos und Gewalt zu versinken. Ursprünglich wollten die französischen Soldaten dort die mehrheitlich muslimischen Rebellen vom Bündnis Séléka entwaffnen. Inzwischen gelten auch teils christliche Milizen als Verantwortliche für die sich unaufhörlich drehende Spirale der Gewalt.

Leave a Reply