ZENTRALAFRIKA, NOTHILFE HUNGER: WFP STARTET ENORME LUFTBRÜCKE – Crise alimentaire en Centrafrique: le PAM lance un pont aérien

1. Zentralafrika : UNO will eine Luftbrücke schaffen wegen Mangel an Nahrung
Testen Sie Ihr Wissen und unterstützen Sie Frauen und Mütter weltweitGenf ( AFP) – 2014.04.02 12.21 Uhr
Das Welternährungsprogramm (WFP) der UNO kündigte Dienstag an, dass es eine Luftbrücke von Douala in Kamerun nach Bangui in der Zentralafrikanischen Republik etablieren wird, während die Organisation sehr knapp an Nahrungsmitteln für die Binnenvertriebenen im Land ist. “Der Tag der Luftbrücke wurde noch nicht festgelegt, steht jedoch bevor”, sagte WFP -Sprecherin Elisabeth Byrs in Genf.© 2014 AFP
2. UNO startete Luftbrücke zur Versorgung von Zentralafrikas Bevölkerung
12. Februar 2014, 14:47 http://derstandard.at/r652/Afrika
Erste Frachtmaschine in Bangui gelandet – Eine der größten Luftbrücken, die je eingerichtet wurden
DEUTSCHE ARTIKEL WEITER UNTER DEM UNTEREN BILD

=> MORE CENTRAFRIQUE – CAR- Zentralafrikanische Republik in AFRIKANEWS ARCHIV
=> => KEYWORD WFP / PAM in AFRIKANEWS ARCHIV
Weiterblättern, es sind viele!
Feuilletez, il y en a beaucoup!

1. Centrafrique: l’ONU va établir un pont aérien face au manque de nourriture
Genève (AFP) – 04.02.2014 12:21
Le Programme alimentaire mondial (PAM) de l’ONU a annoncé mardi qu’il va établir un pont aérien depuis Douala au Cameroun jusqu’à Bangui en Centrafrique alors que l’organisation est à court de nourriture à distribuer aux déplacés dans le pays.

Ertharin Cousin (4th R), director of the UN World Food programme, watches food being distributed at Ertharin Cousin (4th R), director of the UN World Food programme,in Mali

Le Programme alimentaire mondial (PAM) de l’ONU a annoncé mardi qu’il va établir un pont aérien depuis Douala au Cameroun jusqu’à Bangui en Centrafrique alors que l’organisation est à court de nourriture à distribuer aux déplacés dans le pays.
“La date du pont aérien n’a pas été fixée, mais c’est imminent”, a expliqué à Genève une porte-parole du PAM, Elisabeth Byrs.
“Un Boeing 747 va faire une rotation journalière avec une capacité de transport de 100 tonnes à chaque rotation. L’idée est d’avoir 2.000 tonnes de nourritures qui utilisent ce mode de transport et qui soient transportés à Bangui au cours du mois de février”, a indiqué la porte-parole, lors d’un point presse.
Les réserves alimentaires du PAM à Bangui sont actuellement “très très bas”, a-t-elle ajouté, expliquant que le 30 janvier il ne restait plus que 120 tonnes de céréales dans les stocks de la capitale centrafricaine.
Cette pénurie de réserves alimentaires tient au fait que depuis le 6 janvier les camions transportant la nourriture du PAM s’arrêtent à la frontière de la RCA avec le Cameroun, les conducteurs de camions commerciaux refusant de traverser la frontière sans escorte en raison de l’insécurité.
Fin janvier, une première escorte de la force africaine en Centrafrique (Misca) s’était rendue à cette frontière permettant à 10 camions de voyager vers Bangui. Mardi, une nouvelle escorte de la Misca est attendue sur place, alors que 43 camions transportant de la nourriture du PAM sont bloqués à la frontière.
Le PAM est d’autant plus inquiet qu’une “crise de la sécurité alimentaire est en train de commencer”, a expliqué Mme Byrs, citant une combinaison de facteurs: “le manque d’assainissement dans les camps de déplacés, le manque de nourriture prépositionnée, l’augmentation du prix de la nourriture, et l’arrivée de la saison des pluies”.
Mardi, le porte-parole du Bureau de coordination des affaires humanitaires de l’ONU (Ocha) a lancé un nouvel appel à la générosité des donateurs, déplorant que les Nations unies n’aient reçu pour l’instant que 11% des 551 millions de dollars (408 millions d’euros) demandés pour ce pays.
© 2014 AFP

2. Crise alimentaire en Centrafrique: le PAM lance un pont aérien
Bangui (AFP) – 12.02.2014 14:27 – Par Anne LE COZ
Le Programme alimentaire mondial (PAM) a lancé mercredi un pont aérien entre Douala (Cameroun) et Bangui pour acheminer des vivres pour 150.000 personnes pendant un mois, mais cela restera insuffisant face à l’ampleur de la crise alimentaire en Centrafrique.
“C’est une opération assez exceptionnelle, la plus importante de nos opérations aériennes d’urgence puis longtemps, plus importante que pour la Syrie ou les Philippines”, explique à l’AFP le porte-parole du PAM, Alexis Masciarelli. “Ca va nous faire un ballon d’oxygène, mais ça ne règlera pas le problème à terme”, prévient-il.
Selon l’ONU, 1,3 million de personnes, soit plus d’un quart de la population de Centrafrique, ont besoin d’une assistance alimentaire immédiate, en particulier dans les camps de déplacés où s’entassent plus de 800.000 personnes, dont plus de la moitié à Bangui.
Un premier avion-cargo du PAM, chargé de 80 tonnes de riz, est arrivé à Bangui dans la matinée. Il sera suivi d’une rotation quotidienne pendant 24 jours, soit 1.800 tonnes au total, selon le PAM, une quantité suffisante pour nourrir 150.000 personnes pendant un mois.
La situation humanitaire s’est fortement dégradée en Centrafrique, pays considéré comme l’un des plus pauvres de la planète malgré son potentiel minier et agricole, après le coup d’Etat de mars 2013 qui a porté au pouvoir la rébellion à dominante musulmane Séléka.
Les rebelles ont multiplié les exactions à l’encontre des populations majoritairement chrétiennes du pays, pillant et incendiant des villages entiers, en particulier dans le nord-ouest.
Après la chute de l’ex-chef rebelle devenu président, Michel Djotodia, contraint à la démission le 10 janvier, les musulmans sont à leur tour devenus la cible de milices d’autodéfense anti-balaka, majoritairement composées de chrétiens.
Pas d’argent pour faire plus
Ces dernières semaines, faute de stocks suffisants, le PAM avait concentré ses efforts sur le principal site de déplacés de Bangui, près de l’aéroport, où vivent environ 100.000 personnes dans des conditions très précaires.
La mise en place du pont aérien coûtera plus de 3 millions de dollars. “Pour l’instant, nous ne pouvons pas faire plus”, regrette M. Masciarelli qui rappelle qu’à ce jour, le programme d’urgence du PAM en Centrafrique, prévu jusqu’en août, a reçu moins d’un quart des 107 millions de dollars demandés.
“Nos stocks sont quasiment vides à Bangui, nous sommes descendus à 85 tonnes de riz”, explique-t-il.
“Vu l’ampleur des besoins, cette opération va nous permettre de mieux répondre à l’urgence mais pas de refaire nos stocks. Il faudrait pour cela que la route (entre la frontière camerounaise et Bangui, NDLR) soit rouverte de manière régulière”, dit-il.
La force africaine en Centrafrique (Misca) a assuré qu’elle allait désormais escorter des convois trois fois par semaine pour rétablir le “corridor de commerce” permettant d’approvisionner la capitale centrafricaine.
“Mais est-ce que les transporteurs vont revenir ?”, s’interroge M. Masciarelli. Ce week-end, 23 camions du PAM, chargés de 27 tonnes de vivres chacun, ont pu arriver à Bangui sous escorte. Certains d’entre eux étaient bloqués à la frontière depuis le 6 janvier.
Grâce au pont aérien, le PAM devrait élargir sa distribution à d’autres déplacés de Bangui et commencer à faire des stocks dans l’intérieur du pays en prévision de la saison des pluies prévue en mars-avril.
Néanmoins, estime M. Masciarelli, “la crise alimentaire risque de durer: les commerçants sont partis, les pillages se poursuivent, les gens n’ont pas d’argent et les paysans ne produisent plus, faute de semences”.
Dans le principal camp de déplacé de Bangui, les experts en nutrition du PAM ont déjà recensé plusieurs centaines de cas de malnutrition sévère parmi les enfants.
D’autres cas ont été signalés, notamment parmi les populations musulmanes déplacées à la sortie nord de la capitale.
© 2014 AFP

– AFRIKANEWS ARCHIV –
jetzt auch auf
FACEBOOK

Des déplacés attendent une distribution de nourriture à l'aéroport de Bangui le 8 janvier 2014car-unhcr-reuters
Vertriebene warten auf Lebensmittelverteilung am Flughafen Bangui
UNHCR- Flüchtlingslager
Des déplacés attendent une distribution de nourriture à l’aéroport de Bangui le 8 janvier 2014
afp.com – Eric Feferberg


1. Zentralafrika : UNO will eine Luftbrücke schaffen wegen Mangel an Nahrung

Genf ( AFP) – 2014.04.02 12.21 Uhr
Das Welternährungsprogramm (WFP) der UNO kündigte Dienstag an, dass es eine Luftbrücke von Douala in Kamerun nach Bangui in der Zentralafrikanischen Republik etablieren wird, während die Organisation sehr knapp an Nahrungsmitteln für die Binnenvertriebenen im Land ist. “Der Tag der Luftbrücke wurde noch nicht festgelegt, steht jedoch bevor”, sagte WFP -Sprecherin Elisabeth Byrs in Genf.© 2014 AFP

2. UNO startete Luftbrücke zur Versorgung von Zentralafrikas Bevölkerung
12. Februar 2014, 14:47 http://derstandard.at/r652/Afrika
Erste Frachtmaschine in Bangui gelandet – Eine der größten Luftbrücken, die je eingerichtet wurden
Bangui/New York – Das Welternährungsprogramm (WFP) hat am Mittwoch eine Luftbrücke zur Versorgung von mehr als einer Million notleidender Menschen in der Zentralafrikanischen Republik gestartet. Eine erste Frachtmaschine mit 80 Tonnen Reis sei am Nachmittag in der Hauptstadt Bangui gelandet, sagte ein WFP-Sprecher.
Geplant ist, dass von nun an täglich 24 Flugzeuge aus Douala in Kamerun nach Bangui fliegen und Lebensmittel abladen. In dem Land im Herzen Afrikas brauchen rund 1,3 Millionen Menschen Hilfe, das ist mehr als ein Viertel der Gesamtbevölkerung. Die Luftbrücke zu ihrer Versorgung ist eine der größten, die das Welternährungsprogramm je eingerichtet hat.
In dem multikonfessionellen Land herrscht Chaos, seitdem das Rebellenbündnis Seleka im März 2013 Präsident Bozize stürzte und als Nachfolger Michel Djotodia an die Macht brachte. Der Putsch stürzte das Land in eine Spirale der Gewalt zwischen muslimischen und christlichen Milizen. Djotodia, der die Gewalt nicht eindämmen konnte, trat er im Jänner auf Druck der Nachbarstaaten ab, woraufhin Catherine Samba Panza neue Übergangspräsidentin wurde. (APA, 12.2.2014)

Leave a Reply